L’idéalisme : plein feu sur les idées

Pour ce courant de pensée, la matière n’est pas la seule réalité, les idées jouent aussi un rôle

prépondérant dans notre univers.

Qu’est-ce que l’idéalisme ? C’est un courant de pensée qui a une double signification. Au sens

courant, c’est l’attitude de celui qui croit à un idéal et qui vit conformément à celui-ci. Au sens

philosophique, c’est une doctrine qui affirme que la matière n’est pas la seule réalité. On peut

présenter trois philosophes idéalistes : Platon, Berkeley et Kant.

Platon (427 av. JC-347 av. JC)

Platon a développé la première grande philosophie idéaliste.

 

Pour le philosophe grec, au-delà deAlcibiade). Platon insisteEuthydème). Aristote, élève de Platon,l’Éthique à Nicomaque, qu’il vaut mieux être beau, jeune,

George Berkeley (1685-1753)

Berkeley développe une théorie "immatérialiste".

jusqu’au bout la logique de l’idéalisme, nous pourrions même douter de la matérialité du monde

extérieur. Il ne nie pas la réalité du monde que nous percevons, mais la nature matérielle des choses.

Selon lui, les éléments qui composent notre univers, qu’il s’agisse de l’étendue, du mouvement, de

la couleur ou du son n’ont aucune existence en dehors de la perception que nous en avons. "Il est

impossible que les choses aient une existence en dehors des esprits qui les perçoivent" (

principes de la connaissance

ne sont que des représentations. Cela revient à privilégier le sujet par rapport à l’objet.

D’après cet évêque irlandais, si nous poussonsTraité des). En définitive, on s’affirme idéaliste quand on prétend que les choses

Emmanuel Kant (1724-1804)

Kant attribue une part subjective dans la connaissance.

Aristote, ce philosophe originaire de Königsberg, en Prusse (qu’il n’a jamais quittée), attribue une

part subjective dans la connaissance. La philosophie de Kant reçoit le nom d’"idéalisme

transcendantal". C’est une doctrine pour laquelle tout objet de connaissance est influencé a priori

par la nature même de notre faculté de connaître. Sa grande innovation sera de concevoir que le

contenu de notre connaissance dépend de la personne qui connaît, plus encore que de l’objet connu.

Ce changement, Kant le compare à celui opéré par l’astronome polonais Copernic (1473-1543),

quand celui-ci affirma que la Terre n’était pas le centre de l’univers.

Contrairement au réalisme d’un

ce monde, il existe un autre monde bien réel : le monde des idées. Ces idées sont les modèles du

monde sensible. Platon s’est nourri de l’enseignement de Socrate. Comme lui, il pense que le VRAI

est accessible à la raison humaine. La mort de Socrate l’affecte profondément et le conduit à

orienter sa pensée philosophique vers une réflexion politique. Il souhaite que la Cité soit gouvernée

par des sages. Platon nous invite aussi à la connaissance de soi : "Se connaître, c’est savoir ce que

l’on est et ne pas prendre imprudemment pour soi ce qui n’est pas soi" (

toujours sur le fait que, pour être heureux, il faut faire bon usage de ce que l’on possède. "Il faut, si

l’on veut connaître le bonheur, ne pas se borner à posséder des biens, mais il faut encore les utiliser,

attendu qu’il n’y a, sans cela, aucun intérêt à les posséder !" (

fera remarquer, non sans humour, dans

riche, bien portant et intelligent pour être heureux, plutôt que laid, vieux, pauvre, malade et sans

amis…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.