Interview : NEOMA Business School spéciale admissibles

Neoma_rvbFrank_Bostyn_(2)

 

 

Frank  Bostyn, Directeur de répond aux questions de PREPA-HEC

 

Où en est le processus de fusion des anciennes RMS et RBS ?

Un an après l’officialisation du rapprochement de Reims Management School et Rouen , notre fusion est toujours en marche mais toutefois bien avancée.

Chaque Ecole fondatrice a sa propre culture, sa propre histoire et son propre mode de fonctionnement. Nous avons donc fait le choix de procéder en douceur. Même si la majorité des dossiers est en cours de finalisation, nous considérons que le vrai bilan de la fusion est encore devant nous. Et ce bilan dépendra essentiellement de la bonne mise en oeuvre de notre stratégie.

Le but est-il à terme d’avoir un ensemble homogène ou chaque école conservera des particularités ?
Quelles seront les spécificités de chaque campus ?

NEOMA Business School est déjà aujourd’hui un ensemble homogène, avec des services généraux administratifs centralisés et de nombreuses procédures communes.

Cependant, nous ne pouvons pas négliger les ancrages territoriaux qui font partie intégrante de notre histoire, et qui jouent un rôle fondamental dans le rayonnement de nos Ecoles en Normandie comme en Champagne-Ardenne. Les grandes spécialisations « historiques » de nos campus ont été conservées pour respecter l’implication locale de notre Ecole sur ses territoires. Nous y tenons tout particulièrement. On retrouve donc toujours une expertise forte en matière de marketing du luxe à Reims, et en matière de Supply Chain à Rouen. De la même manière, nous veillons également à conserver nos expertises de recherche en lien direct avec les besoins de nos territoires. Cela nous semble à la fois primordial et naturel.

Quel conseil pourriez-vous donner aux admis pour les aider dans leur choix de campus ?

Comme je le disais précédemment, nous sommes une seule et même Ecole, mais avec plusieurs sites. C’est un vrai atout pour chacun de nos étudiants, mais il est vrai qu’au moment de choisir leur campus d’affectation quelques questions peuvent se poser. Et c’est tout à fait légitime. Notre Master est aujourd’hui devenu un unique, qu’il soit dispensé à Rouen ou à Reims. Ce sont donc sur des critères autres que purement académiques que le choix entre nos deux campus régionaux doit se faire. Mon conseil est d’être vigilant à la fois aux aspects pratiques mais également au ressenti vécu sur lors des admissibles.

Dans ce sens, la proximité avec le domicile familial, les infrastructures du campus sont des éléments à prendre en compte. Mais l’étudiant admis doit également prendre en considération d’autres aspects tels que l’ambiance du campus, et le dynamisme culturel et sportif de la ville.

Et bien entendu, quand cela est possible, je conseille d’échanger avec un proche ou une connaissance ayant vécu sur l’un ou l’autre campus afin qu’il partage son expérience. Car ce genre d’éclairage peut être précieux dans la prise de décision finale !

 

Quelles sont les ambitions et les grandes lignes de la stratégie de NEOMA Business School ?

Notre ambition est de figurer parmi les meilleures Business Schools sur le plan européen, tout en répondant parfaitement aux besoins des entreprises, que ce soit avec nos programmes (en formant des diplômés en phase avec leurs attentes) mais également avec notre recherche (en travaillant sur des problématiques directement liées aux enjeux actuels et à venir). Aujourd’hui, on distingue deux types d’Ecoles sur le marché français : des institutions aux ambitions internationales et des Ecoles à vocation plus régionale. C’est une bonne chose car l’enseignement supérieur français a besoin de ces deux types d’offre. Avec NEOMA Business School, notre volonté est de nous inscrire parmi les Business Schools internationales. Notre vocation est de former des managers internationaux et notre réussite en dépendra. En matière de stratégie, nous avons donc une priorité : l’internationalisation. Quand je parle d’internationalisation, j’entends par là l’internationalisation de notre faculté, mais également le renforcement de notre recrutement d’étudiants internationaux ainsi que le développement de notre réseau de partenaires académiques déjà bien étendu. Pour cela, on a besoin de se fabriquer une réputation forte via une marque bien établie. C’est par elle que passera la visibilité et la crédibilité de NEOMA Business School à l’international.

 

Le groupe en a-t-il les moyens ?

Pour réussir ce challenge, nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur l’existant car les deux Ecoles fondatrices avaient pris le virage de l’international depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, nous travaillons à soutenir cette dynamique d’internationalisation, avec notamment le développement de programmes joints en partenariat avec des institutions étrangères. Nous redoublons également d’efforts pour étoffer notre faculté avec des profils d’enseignants-chercheurs internationaux de haut-niveau. Enfin, notre triple accréditation représente un atout indéniable.

Par ailleurs, nous bénéficions d’une assise financière très solide, et c’est une chance dont peu d’écoles de commerce françaises jouissent aujourd’hui. De plus, nous sommes désormais dans une situation d’indépendance quasi-totale (95% de notre budget provient de notre activité de formation). Ces deux paramètres nous permettent d’envisager sereinement les investissements par lesquels passera notre développement.

 

Comme le souligne notre ( http://www.prepa-hec.org/classement-des-ESC-2014 ), NEOMA Business School a connu quelques difficultés cette année. Regardez-vous les et quelles est votre analyse ?

Bien sûr, nous sommes très vigilants aux classements et moi tout particulièrement. Ils sont de précieux indicateurs pour nos candidats et sont particulièrement attendus par l’ensemble de nos parties prenantes, que ce soit nos étudiants, nos alumni, notre écosystème institutionnel ou nos partenaires entreprises. C’est dire si aujourd’hui ils occupent une place stratégique ! Comme je le répète souvent, en faisant le choix de participer à un classement on se doit d’en respecter les règles, et donc ne pas se plaindre d’un résultat si celui-ci est jugé peu satisfaisant. Pour ce qui est de votre classement, je constate que NEOMA Business School confirme sa place dans le top 10 national, sensiblement au même rang que ses deux Ecoles fondatrices les années précédentes. Une année de fusion est toujours un moment de turbulences. Mais je suis confiant dans une remontée de l’Ecole dans les classements de l’année académique prochaine !

 

Les étudiants du Programme Grande Ecole pourront-ils bénéficier du campus de Paris ?

Sur le plan académique, l’intégralité des enseignements du Master Grande Ecole de NEOMA Business School sera exclusivement dispensée sur les campus régionaux. Cependant, les infrastructures de notre campus parisien sont à la disposition de chacun des étudiants de NEOMA BS, qu’ils soient rémois ou rouennais. L’ agenda culturel déployé sur ce campus, qui propose régulièrement des rencontres entreprises et experts ainsi que des conférences et débats animés par les grands acteurs de l’actualité, leur est également accessible.

 

Quels ont été les premiers chantiers de NEOMA Business School ? Quelles ont été les grandes réalisations de cette première année ?

Dans les premiers mois qui ont suivi la fusion, nous avions un défi de taille à relever : obtenir la ré accréditation EQUIS, et ce pour une Ecole qui n’avait même pas une année d’existence ! Avec nos ambitions sur la scène académique internationale, il n’était pas concevable de ne pas pouvoir afficher la triple couronne des accréditations internationales. La réussite de l’audit et le retour favorable des accréditeurs ont sonné comme un premier succès collectif car l’ensemble du personnel tout campus confondu s’est investi dans ce défi commun. Nous avons aussi vécu ce renouvellement comme une reconnaissance de la bonne cohérence de la stratégie retenue par l’Ecole.

En parallèle de cette ré-accréditation, plusieurs chantiers ont attiré toute notre attention. L’une des priorités majeures sur laquelle nous avons concentré nos efforts dès l’officialisation de la fusion a été la consolidation de nos programmes et ce afin de développer une offre cohérente et pertinente. Il s’agit là de notre cœur d’activité et, en qualité de Business School, nous nous devions d’afficher des programmes en prise directe avec les besoins des organisations. Et l’un de nos chantiers majeurs en la matière a été la refonte de notre Master Grande Ecole, qui devient dès la rentrée prochaine un programme commun déployé sur les deux campus régionaux.

Nous avons également, dans notre objectif de fabrication de réputation et d’internationalisation, travaillé au renforcement de notre faculté d’enseignants-chercheurs. Dans ce sens, plusieurs recrutements de nouveaux profils académiques internationaux de très haute qualité sont en cours, avec des expertises parfaitement en phase avec notre positionnement axé autour du leadership et du développement organisationnel.

Enfin, parmi les chantiers finalisés, il serait difficile de ne pas évoquer notre écosystème unique dans le paysage des Business School, au service du développement de la personne.  NEOMA Business School veut pousser plus loin la logique de l’accompagnement de ses étudiants. Ce dispositif propose depuis janvier 3 unités distinctes : le « Talent & Career Development Unit » dédié au développement des compétences professionnelles et des carrières, le « Student Affairs » dédié à l’accompagnement de l’étudiant sur sa vie sur le campus et sur le développement personnalisé de son parcours, et le « Teaching & Learning Centre », animateur de créativité pédagogique à destination de tous les publics.

Clairement, ce fut une année riche en réalisations et l’année académique 2014/2015 s’annonce tout aussi fertile, car comme j’aime à le répéter : même si notre fusion est bien avancée, elle reste toujours en marche !