La révolution gorbatchevienne : Tranquillité ou rupture ? (3 / 3)

III. Echec et fin de règne de Mikhaïl Gorbatchev

A. Echec ; la politique de Gorbatchev n’a-t-elle pas hérité d’une crise latente ?
1. Les effets pervers du processus de Glasnost de 86 à 91

Question de la nature de la société, recherche des causes de l’existence même du stalinisme.

Y avait-il une différence entre socialisme et stalinisme ?

Réveil des polémiques entre Occidentalistes libéraux et slavophiles

Dérives nationalistes et dissidences sociales : revendications nationales éclatent dans presque toutes les Républiques et dans tous les domaines : en Moldavie, dans les Pays Baltes, en Ukraine, et Géorgie, en Arménie…

Les Tatars de Crimée, déportés en 44 pour faits de collaboration revendiquent leur retour

Conflit le plus grave entre Azéris et Arméniens : le Haut Karabakh est rattaché en 1923 à l’Azerbaïdjan, alors qu’il est peuplé en majorité d’Arméniens. En 88 la république socialiste soviétique d’Arménie demande officiellement le rattachement du Haut Karabakh à l’Arménie ; mais résistance des Azéris et atermoiements du pouvoir soviétique : la situation dégénère très vite et pogroms d’Arméniens commis par les Azéris.

2. La perestroïka dans l’impasse ou le chaos économique

Craintes des citoyens devant le chômage : le dégraissage des entreprises entraîne la suppression d’1 million d’emplois en 88 et 1,3 million et 89 ; en 90 il y a 5 à 6 millions de chômeurs.

La loi sur l’entreprise a été mal appliquée, et limitée sans réforme des prix

L’Etat demeurait le premier client, accaparant la quasi-totalité de la capacité de production des entreprises.

Pratiques désastreuses des Ministères centraux pour ponctionner les profits des entreprises.

La sphère du marché est restée en fait très limitée aux contrats que les entreprises passent entre elles après que les commandes d’Etat soient satisfaites.

baisse de la prod° industrielle et de tous les secteurs de façon globale

baisse du PNB

Contraction des importations de biens d’équipement

Disparition du CAEM en 91

Disparition du rouble à partir de janvier 91

Baisse du volume des exportations de 40% entre avril 90 et avril 91

Grèves des mineurs, dans le Donbass, le Kouzbass…

baisse de la prod° agricole ; les sovkhozes et kolkhozes ont refusé de livrer leur prod° à l’Etat, à cause des prix inférieurs à ceux des marchés libres parallèles, à cause de la vente directe aux foires, aux bourses

hausse de la masse monétaire de 60%

hausse de l’inflation : taux de 9% en 90

Pénuries accrues, généralisées.
L’Etat a mené une politique d’austérité marquée par la baisse des subventions aux produits, notamment agricoles, et la baisse des investissements concernant les grands travaux. baisse des dépenses militaires.

B. La Perestroïka hésitante sur les solutions économiques s’oriente vers une réforme politique
1. Concept d’économie socialiste de marché>

Novembre 89 : conférence des experts économiques. Les hérauts de l’économie de marché sont Nicolaï Petrakov, Stanislas Chataline, et Leonid Abalkine.

C’est en juin 90 que l’économie socialiste de marché est en principe abandonnée pour un passage à l’économie de marché.

2. Accélération des réformes promise par Gorbatchev

Plan Ryjkov en mai 90 : mesures de renforcement de l’éco de commandement pour relancer la prod° : mener une politique d’austérité budgétaire, de baisse des importations, de vérité des prix…Mais ajournement car trop de problèmes vis-à-vis de la population, craintive, et du Parlement qui critique le fait que Ryjkov n’envisage pas la démonopolisation.

Plan Chataline : amplification du plan des 500 jours : plus larges responsabilités aux Républiques de l’URSS, dévpt considérable de la propriété privée, désétatisation sous forme de transferts de fonctions de décisions et de gestion aux entreprises, ainsi qu’une réforme libérale

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.