L’échec de M. Gorbatchev

Voir fiche sur la révolution gorbatchevienne
25 décembre 1991 : démission de G et éclatement de l’URSS en CEI (Communauté des Etats Indépendants). La Russie devient un Etat fédéral.
Le plan de transition éco a été conseillé par des occidentaux : Jeffrey Sachs, un américain.

L’effondrement du communisme…La Disparition du modèle soviétique

I. La transition économique vers l’éco de marché après 1991

A. La thérapie de choc (TDC) à partir du 2 janvier 1992
1. Eléments majeurs du programme
  • Libéralisation immédiate des prix et des échanges
  • Suppression des subventions
  • Politique monétaire restrictive pour juguler l’inflation de 100% en 1991
  • Nécessite propriété privée des moyens de prod° et libre concurrence
  • Privatisations
2. Comment expliquer l’échec des années 92-98 en Russie ?
  • Tentative de coup d’Etat en août 91 contre G déstabilise le régime
  • Guerre en Tchétchénie
3. Le choc de la déstabilisation conjoncturelle de l’éco.
  • 92-98 : récession. Le PIB baisse de 50%
  • 98-99 : 40% de la pop. vit en dessous du seuil de pauvreté
  • Le moteur des investissements s’est arrêté
  • Privatisations rapides, sans institution pour organiser les nvx liens : donc liens opaques se mettent en place qui profitent aux oligarques. On parle en 96-98 du règne des 7 en référence aux 7 oligarques les plus influents de Russie
  • De nombreuses entreprises continuent à s’adresser aux réseaux qu’elles connaissent
  • Libéralisation du XT entraîne & brutale des importations, de technologie occidentale notamment
  • Hyperinflation en 1992 : les prix & de 2500 %
  • A partir de 94, l’Etat mène une politique monétaire et budgétaire restrictive
  • La Banque Centrale de Russie (BCR) aide les entreprises par du crédit facile en ( taux d’intérêts, en dépit des directives de l’Etat
  • Le rouble a un taux de change flottant à partir de juillet 92
  • Hausse très rapide du coût des mat. 1ères
  • Circuits non monétaires en Russie : les banques, régions ou villes, émettent des lettres de change, ou billets à ordre, les VEKSELS, qui vont représenter un flux égal au commerce légal. Ils vont jouer le rôle d’une monnaie parallèle
  • L’Etat russe va trouver un autre substitut à la pénurie de devises en émettant des bons du Trésor Public, les GKO, avec taux d’intérêts à court terme
  • 1995 : annone d’un taux fixe pour le rouble face au $
  • 1998 : flottement du rouble mais contrôles des changes
B. La crise russe de l’été 98 : vers la catastroïka
1. Les causes de l’engrenage de crise (financière)
  • 1993 : démantèlement des sovkhozes et kolkhozes annoncé
  • Le FMI impose des PAS (Programme d’Ajustement Structurel) contre son aide
  • Juin 94 : rééchelonnement de la dette publique
  • 1995 : poussée nouvelle de croissance
  • 1996 : récession aggravée : les investissements piétinent
  • Le surendettement est tel que l’économie parallèle progresse, réalisant 50% du PIB
  • Déficit budgétaire persistant + grosse dette XT
2. Apparente stabilité politique masquant des dysfonctionnements éco
  • Juillet 96 : réélection de Eltsine à la présidence de la Russie
  • Paix en Tchétchénie en 96
  • 1997 : Russie admise au G7
  • Poursuite de la privatisation. Au Ministère des Affaires Etrangères, E. Primakov engage négociations avec la Chine pour un projet de gazoduc
  • Grève des mineurs en 1998, car pas assez de salaires
  • Continuité de l’expansion des moyens de paiement non conventionnels (troc +GKO)
  • L’Etat n’a pas assez de devises pou financer le déficit
  • Prend la décision en 1996 d’ouvrir le marché des GKO aux étrangers ; ils sont assortis d’un taux d’intérêt très attractif. Risque de volatilité financière
  • Juillet 97 : crise monétaire (Bhat) et financière en Thaïlande qui a rendu les K de court terme fébriles : phénomène de Hot Money
  • Juillet 98 : les emprunts russes atteignent l’équivalent de la masse monétaire en circulation en Russie. L’Etat ne peut pas rembourser sa dette
3. L’effondrement d’août 1998
  • baisse du cours du pétrole et du gaz naturel. Anticipations négatives de la part des investisseurs, qui retirent leurs capitaux
  • baisse du rouble, panique monétaire. baisse PIB russe
4. L’effet paradoxal de la crise financière
  • Mesures d’urgence : dévaluation du rouble
  • Négociations avec la communauté internationale pour annuler l’endettement de l’URSS
  • Reprise des dépenses de guerre en Tchétchénie
  • Investisseurs étrangers reviennent un peu
  • Criminalisation de l’éco russe se poursuit

Suite de la fiche L’effondrement du communisme (2/4)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.