Centres et périphéries continentales et intégration des territoires dans l’économie mondialisée

L’organisation centre périphéries en Amérique du Nord

A. Les espaces moteurs : centres de commandement du territoire et du monde
Dissémination des centres aux USA

NE conserve encore + gde partie des centres décisionnels. 3 métropoles de rang mondial dominent armature urbaine : NY, LA, Chicago (aussi poids démo et press° dans échanges).

Grandes villes du Sud comme Houston, Ouest comme SF, s’affirment ++.

Continuité des aires métropolitaines qui forment des mégalopoles…

Le core historique aux USA : NE centre de décision mondial

Inclut région des Grands Lacs, la Nlle Angleterre et la Megalopolis de la manufacturing Belt. 70% des sièges sociaux des + gdes firmes US. Premier marché financier NYSE+NASDAQ. Chômage de 4,5%.

Cœur ind a éprouvé difficultés dans 60s-80s, avec fermetures usines sid et licenciements (cf. Detroit). Crise des invest et fuite des classes moyennes vers suburbs.

La région centrale de la Sunbelt

Du S jusqu’à la côte Pacifique. Villes modernes ≠industries de la Rustbelt.

45% de la pop de Virginie jusqu’à Wash DC. 60% accroissement démo depuis 60s.

Le vieux S tend à perdre son image. Reconversion avec soja, arachide. Renouveau.

Etats centraux : Texas et Californie (pétrole depuis début XXè). Californie = 1ère rég° ind des USA.

Dans l’Arizona et nveau Mexique : industries militaires de pointe (attirent retraités) comme à Phoenix.

Atlanta : « boom town ». A su attirer start-ups en gd nbre. Siège de Coca Cola et CNN. 3,3% chômage.

B. La façade atlantique et son intégration dans la mondialisation
Une des façades les + actives de la planète

Volume de = tout le trafic du NO de l’Europe.

Moitié des habitants sur la Megalopolis.

NY 1er centre financier du monde avec 42% de la capitalisation boursière mondiale.

Les façades en voie d’intégration

Façade canadienne : Toronto puiss financière, Montreal activité de haute techno.

Eco mexicaine met en valeur les complémentarités. Phénomène de macrocéphalie : 1/3 du PIB mex est généré par Mexico. 1/4 pop. 40% fonct° bancaires.

Autres centres : Guadalajara avec IAA, industries, Monterey…

La Mexamerica

N Mex/S USA. 1965 : prog national de la frontière.

Dvpt des Twin Cities : San Diego/Tijuana ; El Paso/Cuidad Juarez ; Brownsville/Matamoros.

Pop *10 en 1/2 siècle. + de 2000 entr ind venues chercher travailleurs bas salaires. Franchise fiscale/douanière avc maquiladoras.

Une insertion différenciée des espaces latino-américains dans la mondialisation

A. Des espaces ouverts inscrits dans la mondialisation sont urbains et manufacturiers
Le Sudeste brésilien

Etats de Rio, Sao Paulo, Esperito Santo, Parana…

Tétrapole Rio / Sao Paulo / Bello Horizonte : 58% de la pop, 61% PIB agricole et 80% PIB ind. 2/3 PIB brésilien. Fct° tertiaires sup à Sao Paulo, sidérurgie à Bello Horizonte, pétrole offshore à Rio.

D’autres pôles : le Rio de la Plata

Buenos Aires : cœur financier, commercial, industriel. 32000$/hab (> moyenne Am. lat). Représente 67% de la VA produite dans activités financières.

Essor de 2 autres pôles Uruguay et Montevideo grâce réseaux bancaires et zones franches, + réseau d’entr internationales et excellent niveau de formation des cadres.

Santiago du Chili : concentre moitié de la prod ind. Fonct° tertiaire. Rayonnement international car siège d’organisat° comme Commission Eco pour Am Lat (CEPA de 1948).

Caracas exploitation hydrocarbures… Fonct+ tertiaires internationales.

B. Des espaces spécialisés ds prod & export mat 1ères entre dépendance, tradit° et modernité
Des espaces spécialisés en Am lat : autonomie/dépendance ?

Brésil : 1 des premiers prod agricoles du monde. Sudeste a connu essor agricole + textile. Culture du café a permis de dvp Kisme. Exploitants saisissent opportunités conjoncturelles [gel des oranges en Floride en 1963 => dvpt plantations à Sao Paulo]. Ajd’hui Brésil 1er exportateur mondial d’oranges. Boom du soja 70s : second rang mondial après USA, surtout à Porto Alegre. Encourage ajd’hui à la diversification agricole.

Mexique : spécialisations agricoles tournées vers ext et int. Bcp de produits frais (45% du total des exports). Yucatan : culture du sisal pour les cordes a entraîné ind au XXè.

Argentine : pampa = grenier à blé mondial + élevage bovin.

Caraïbes et Am centrale : dépendance totale vs USA. Caraïbes spécialisées dans noix, grenade, sésame… Culture majeurs = canne à sucre, banane. Diversification vers agrumes, tabac, café.

Culture de la banane symbole de l’ingérence étrangère avec United Fruit Company (now Chiquita). Honduras : compagnies étrangères contrôles 35% de la prod bananière [comme Covendish, Del Monte]. Tentatives des états pour se réapproprier les cultures : association des pays exportateurs de bananes. 4 gros importateurs : UE (35% du total), USA, Japon, Russie…

L’Am lat, corne d’abondance en matières premières : malédiction

Prod dépendante du prix.

Cuivre chilien :*3 de la prod° depuis 90s. 1/3 des ressources de l’Etat, 40% des exports. Conglomérat public contrôle 80% de la prod.

Petites exploitations archaïques disparaissent au profit de gds complexes miniers

Ressources en fer considérables au Minas Gerais et à Carajas : Brésil exporte les ¾ de la prod.

Ressources en hydrocarbures : Mex (5è mondial), Venezuela (7è). Industrie raffinage & pétrochimie.

Des périphéries marginalisées : les Andes

Venezuela, Colombie, Equateur, Pérou, Bolivie… Pas Chili.

80% de la pop en haute altitude sur moins de ¼ du territoire andin (Bolivie 80% pop à + de 2000m).

Etagement des cultures :

  • en bas Tierras Calientes ou terres chaudes
  • au milieu Tierras templadas
  • en haut Tierras Frias à 3000 ou 4000m.

Contraintes naturelles pèsent énormément et organisent les territoires : plaines/syst.montagneux/lacs/vallées (Cauca et Magdalena en Colombie par ex).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire