Crise dans les pays développés

Krach de 1987

Crise d’évaluation : hausse surprise des taux d’intérêt > fuite vers la qualité (obligations) en cherchant à vendre des actions : pour stabiliser le marché la Fed a publié un communiqué dans lequel elle annonce qu’elle va acheter toutes les actions > cela crée un courant vendeur et donc stabilise le marché.

Crise obligataire de 1994

Anticipation de baisse des taux de la Fed et de la BCE
Fonds de pension empruntent pour investir en actions et concluent des SWAP de taux d’intérêt mais les anticipations ne se réalisent pas > hausse surprise des taux d’intérêt > tous les acteurs se retrouvent sur des courants vendeurs

Risque que ces crises boursières se transforment en crises bancaires > panique bancaire : transformation des dépôts en espèce, défaut des paiements interbancaires, défaillance des débiteurs

Crise bien gérée : la panique bancaire des pays scandinaves des années 1990

Globalisation financière très rapide > fragilisation des bilans bancaires : pour être rentables, les banques empruntent à court terme sur les marchés monétaires et prêtent à long terme aux entreprises ; mais ces prêts à long terme ne se font pas à bon escient, notamment investissement dans l’immobilier
Eclatement de la bulle immobilière à la fin des années 80’s : faillite en chaîne des banques
L’Etat garantit les créances des banques pour éviter les recours individuels en justice ? création dans chaque pays d’une agence gouvernementale qui reprend les créances douteuses, nationalisation du système bancaire, restructuration puis reprivatisation

Une crise moins bien gérée : le Japon

Causes identiques : en 1989, krach immobilier et boursier
Banques ont provisionné leurs pertes mais sont restées fragiles car :

  • Tremblement de terre de Kobé
  • Crise mexicaine
  • Crise asiatique

Banques fragiles > moins de prêts > déflation > perte de confiance > les individus retirent leurs capitaux pour les placer dans le système postal
Banque centrale fait des prêts à taux 0 aux banques mais cela est inefficace car pas de restructuration des banques
Dans les années 2000, le Japon prend en charge le problème mais la solution est aussi venue de la Chine qui permet aux banques de se refinancer

Les crises financières dans les PVD

La crise de la dette de 1982

Chocs pétroliers > afflux des pétrodollars dans les banques européennes > prêts aux PVD qui manquaient d’épargne
Problème : hausse de la dette mais pas de hausse des exportations, comme les primes de risques n’augmentent pas beaucoup, les PVD ont pu continuer à s’endetter > sous évaluation des risques de la part des investisseurs : aléa moral : les investisseurs pensaient que les gouvernements garantissaient les créances de leurs banques
1980 : hausse des taux d’intérêt > les PVD ne peuvent plus emprunter pour rembourser leurs dettes ; le Mexique se déclare insolvable ; panique dans les pays développés : cesse les prêts aux PVD ; les banques centrales se coordonnent et encouragent les banques à continuer à prêter
1988 : plan Savinas :

  • Président Savinas, sous l’égide du FMI accentue la politique de stabilisation ? inflation revient à 8% en 1993 (160% en 1987) > retour des capitaux
  • Mais : problème du déficit de la balance commerciale (taux de change réel s’apprécie de 76% entre 1986 et 1994), évolution de la structure de la dette publique mexicaine financée par l’émission de titres d’échéances de plus en plus courte

Cependant les capitaux continuent de sortir du pays ; 1994 : révolte du Chiapas > nouvelles fuites de capitaux > dévaluation > perte de confiance des investisseurs

La crise asiatique

Crise de solvabilité qui commence en Thaïlande puis se diffuse à d’autres pays qui au départ n’avaient pas de problèmes fondamentaux
Thaïlande, Malaisie, Indonésie > déséquilibres fondamentaux : aggravation du déficit commercial, investisseurs se sont adressés à des banques locales, banques asiatiques ont financé beaucoup de projets non viables et bulle immobilière
Hausse du taux d’intérêt en 1997 suit à la hausse aux EU entraîne la faillite de nombreuses entreprises et à la suite une faillite en chaîne des banques qui doivent faire face à 3 risques : risque de crédit (pas de remboursement de leur prêt), risque d’échéance (banque doivent rembourser leurs propres emprunts) et risque de change (banques ne s’étaient pas couvertes face au décrochage des monnaies)
Défiance généralisée : retrait des capitaux auquel ne peuvent faire face les pays qui n’ont pas assez de réserves de change ? monnaies s’effondrent
Dans les pays de la première industrialisation (HK, Corée…) : spéculation à la baisse autoréalisatrice sur les monnaies

  Causes Responsabilités
Mexique Crise de liquidité dans le refinancement à court terme d’un Etat qui par ailleurs était solvable Dirigeants mexicains
Investisseurs : investissement de portefeuille au lieu d’investissements productifs ; panique mimétique
Effet tequila : la crise s’étend aux autres PVD car pas de distinction entre Maxique et autres PVD
Crise Asiatique Crise de solvabilité puis diffusion à des pays qui au départ n’avaient pas de déséquilibres Système bancaire : pas de règles prudentielles
Investisseurs : mimétisme, mauvaise évaluation des risques

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.