Vous trouverez ci-dessous les réponses aux questions les plus fréquemment posées concernant la méthodologie de la . Celles-ci sont présentées en vrac, au fur et à mesure qu’elles ont émergé. Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, n’hésitez pas à la poster en commentaire et j’y répondrai autant que possible.

Méthode dissertation: bien rédiger sa dissertation


En route pour la dissertation – questions fréquentes


Combien de parties doit avoir une dissertation ?

Traditionnellement, une dissertation en HGE s’articule en trois parties, en économie en deux parties et en culture générale en 3 parties. Cependant, ce n’est pas une règle figée et la note ne dépend bien évidemment pas du nombre de parties. Mieux vaut 2 parties bien ficelées que trois bancales !

Quelle doit être la longueur d’une dissertation ?

Là encore, la note ne dépend absolument pas de la longueur. Il est souvent conseillé sur le sujet de ne pas dépasser 8 pages. D’une manière générale, 6 à 8 pages est une longueur tout à fait convenable pour une dissertation en 4h.

Faut-il faire un brouillon ?

La réponse est sans aucune concession possible OUI. La réussite d’une dissertation dépend en grande partie de son organisation, de la pertinence du plan et de la logique de l’argumentation. Il est pour cela impossible de se lancer directement dans la rédaction sans filet. Avant de rédiger, il faut disposer sur son brouillon de l’introduction et du plan détaillé.

J’ai souvent le sentiment d’avoir réussi ma dissertation mais au final je me retrouve avec des notes faibles car beaucoup de parties sont hors-sujet.

Ce problème est fréquent, notamment chez les étudiants de première année. Il vient souvent d’une trop grosse envie d’utiliser toutes ses connaissances pour montrer que l’on connaît bien son cours. Dans une dissertation, l’objectif n’est pas de faire un étalage de ses connaissances mais au contraire de répondre à une question de manière argumentée en s’appuyant sur ses connaissances. Pour pallier ce problème, il faut commencer par bien analyser les limites spatio-temporelles du sujet ainsi que ses différents termes. Pour ceux qui seraient vraiment prisonniers du hors-sujet, une solution extrême peut être de venir pendant l’année à une dissertation sans avoir réviser le sujet, vous serez alors obligés de travailler dans l’esprit de la dissertation, c’est-à-dire de réfléchir à partir du sujet. Evidemment, il ne s’agît que d’une étape transitoire et il est impensable de venir le jour du concours sans réviser. Cependant, cela vous permettra aussi de vous entraîner pour le cas où vous tomberiez sur un sujet où vous ne savez pas grand-chose le jour du concours.

Je ne problématise pas le sujet.

Là encore, c’est un problème qui se rencontre plutôt en première année. Certaines copies n’ont tout simplement pas de problématique et passent directement à l’annonce du plan. Ces copies-là seront nécessairement descriptives et par conséquent ne répondront pas à l’objectif de la dissertation qui est de proposer une argumentation. La problématique est donc indispensable et doit apparaître clairement sous forme de question dans votre introduction. N’hésitez pas à vous référer à l’article consacré à la problématisation : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-dissertation/problematiser-sujet/

Entraînez-vous à faire des problématiques et plans instinctifs en quelques secondes avec des amis : l’un donne un sujet, vous écrivez chacun une problématique et un plan en 5 minutes puis comparez, il faut créer les connexions et mécanismes !

Je n’arrive pas à faire un plan.

Une dissertation est dans la forme proche d’une démonstration mathématique, elle doit répondre à la question de manière logique et argumentée. Le plan est donc une étape indispensable dont dépend grandement la notation. Cependant, il est tout à fait possible de faire un plan pertinent sans être d’une originalité débordante. Si le plan est vraiment une de vos difficultés majeures, vous pouvez en choisir un parmi les plans classiques. Chaque sujet peut être traité avec un plan classique. Pour les consulter, référez-vous à l’article consacré au plan : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-dissertation/faire-plan/
Entraînez-vous à faire des problématiques et plans instinctifs en quelques secondes avec des amis : l’un donne un sujet, vous écrivez chacun une problématique et un plan en 5 minutes puis comparez, il faut créer les connexions et mécanismes !

Je ne connais rien sur le sujet.

En général, cette première impression est exacerbée par le stress de l’épreuve. La première chose à faire est donc de souffler un grand coup, de se persuader que même si vous n’avez pas révisé cette partie du programme, vous avez suivi les cours de vos deux années de , vous aviez révisé ce chapitre plus tôt dans l’année ou l’année passée pour un devoir ou une khôlle et que par conséquent il n’y a aucune raison pour qu’un certain nombre de connaissances ne vous revienne pas. Il va simplement falloir travailler plus longtemps sur le brouillon, être extrêmement rigoureux dans l’analyse du sujet, dans la logique du plan, dans la rédaction et la présentation pour aller chercher des points. En mettant en œuvre une réflexion convaincante et en respectant précisément les règles de la dissertation, vous pourrez alors vous en sortir avec une note certes non extraordinaire, mais honorable (si vous ne connaissez vraiment pas grand-chose, elle pourra tout de même se situer entre 7 et 10) et vous garderez donc vos chances pour l’admissibilité. Rien ne vous empêche de décider de vous entraîner une ou deux fois durant l’année à traiter des sujets sans connaissance (c’est-à-dire sans réviser avant).

On me reproche mon imprécision, ma superficialité.

Ce défaut peut avoir trois origines : une analyse insuffisante du sujet, un manque de connaissances ou des maladresses dans la rédaction. Dans le premier cas, il vous faudra passer plus de temps sur l’analyse et la problématisation pour ne pas passer à côté d’une partie du sujet. Dans le second cas, il vous faudra connaître pour chaque chapitre quelques dates, exemples précis et citations pour apporter de la précision à votre copie. Quelques éléments bien choisis peuvent rapidement ôter cette impression de superficialité. Enfin, si l’imprécision provient de votre style de rédaction, référez-vous à la partie concernant le style dans l’article suivant : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-dissertation/bien-rediger-dissertation/

Je n’arrive pas à développer mon introduction

L’introduction est vraiment primordiale dans votre copie. Une bonne partie de votre note est liée à la qualité de votre introduction. Celle-ci doit comprendre les cinq points suivant : accroche, définition des termes du sujet, réflexion, problématique et plan. Pour bien comprendre comment rédiger votre introduction, référez-vous à l’article suivant : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-dissertation/principes-dissertation/

Lors des corrections, j’ai l’impression d’avoir été sous-noté, j’ai parlé de presque tous les éléments avancés

Les raisons peuvent être multiples, il vous faut donc y réfléchir ou mieux encore en parler avec votre enseignant pour identifier celles qui vous correspondent afin de les éliminer en consultant l’article correspondant et/ou en relisant cette FAQ en focalisant votre attention sur les points vous concernant :
o Votre introduction est incomplète et donne un a priori négatif à votre copie : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-dissertation/principes-dissertation/
o Vous diluez les informations clés au milieu d’éléments hors sujet : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-dissertation/problematiser-sujet/ ;
o Votre plan ne fait pas ressortir les éléments essentiels et sa logique n’est pas évidente : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-dissertation/faire-plan/
o Votre style de rédaction est lourd, inefficace : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-dissertation/bien-rediger-dissertation/ ;
o Votre copie est mal présentée et perd en efficacité : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-dissertation/bien-presenter-dissertation/ ;
o Vous manquez de connaissances et donnez donc une impression de superficialité. Les idées essentielles sont là, mais insuffisamment illustrées ;
o Vous n’avez pas compris la correction donnée par votre enseignant et n’arrivez pas à vous remettre en question. N’hésitez pas à en parler avec lui, à lui demander des explications, à lire de bonnes copies… Il est indispensable de reconnaître ses erreurs pour progresser.

Je manque de temps

Il faut compter en moyenne 15 minutes pour rédiger une feuille. En partant sur une dissertation de 8 pages, il vous faut donc conserver 2h pour la rédaction plus ¼ heure pour relire. Si vous manquez de temps, gardez 2h45 pour rédiger au départ et surtout divisez votre temps en fonction de votre nombre de parties. Si besoin, raccourcissez vos développements pour avoir le temps de terminer.

Quels ouvrages pour progresser en dissertation ?

Rien de mieux que de lire des dissertations pour progresser dans l’exercice. À ce titre, je recommande vivement la collection 20 dissertations corrigées chez Bréal est très enrichissante : http://www.h-k.fr/publications/20D.html.

D’une manière générale, en dehors des ouvrages proposant des dissertations corrigées, je n’ai jamais véritablement utilisé de livre consacré proprement dit à la méthodologie de la dissertation. Ma me permettait d’obtenir les résultats souhaités et c’est aussi pour cette raison que j’ai souhaité vous la faire partager. Cependant, il existe de nombreux ouvrages sur la méthodologie de la dissertation. Parmi eux :
o Histoire et géographie économiques, méthodologie de la dissertation de P. Gauchon chez Ellipses : http://astore.amazon.fr/prepahecorg-21/detail/272989019X
o Qu’est-ce qu’une dissertation d’A. Leblanc chez Bréal: http://astore.amazon.fr/prepahecorg-21/detail/2914010966
o Le mémento de l’INSEEC sur la dissertation, disponible gratuitement en ligne : http://business-school.inseec.com/media/fr/integrer-ecole/mementos2009/InseecMemento16.pdf
o N’hésitez pas à faire des retours ou compléter cette courte bibliographie en commentaire.

1 Commentaire

  1. Bonjour,
    Comment éviter le catalogue d’arguments, une juxtaposition d’auteurs ?
    Pourtant, on ne me reproche pas d’être dans le hors sujet, les arguments sont pertinents mais pas toujours liés les uns aux autres.
    Je ne vois pas quelles sont les questions à se poser pour éviter cet écueil.
    Merci par avance de votre réponse.

Laisser un commentaire