Le réalisme : l’esprit n’est pas tout-puissant

En général, se montrer réaliste, c’est penser qu’on doit prendre en compte la réalité parce qu’on ne

peut pas faire autrement. Les philosophes raisonnent différemment…

Qu’est-ce que le réalisme ? C’est un courant de pensée pour lequel le monde est directement

connaissable, indépendamment de ce que notre esprit peut en penser. En effet, le réel, c’est-à-dire le

monde qui existe en dehors de nous et qui s’impose à nos sens, obéit à des lois, que je peux, grâce à

l’usage de ma raison, découvrir au moins en partie.

Aristote (384-322 av. JC)

Aristote montre que ce qui est intelligible dans les choses ne réside pas dans un monde "à

part", mais dans les choses elles-mêmes.

 

Pour celui qui fut l’élève de Platon et le précepteur duPolitique). En effet, la finalité de l’individu n’est pas seulement de

Pour Aristote, l’instinct d’imitation est naturel à l’homme.

théâtrale, il existe une distance. Ce ne sont pas directement les hommes qui se trouvent représentés,

mais leurs actions. En ce sens, la tragédie est une imitation des actions humaines qui nous éclaire

sur l’action humaine en général. L’instinct d’imitation est naturel à l’homme, c’est ce qui le

différencie des autres animaux. "L’art imite la nature", dit Aristote. C’est cette propension à

l’imitation qui est à l’origine de toutes les productions esthétiques quelles qu’elles soient. L’épisode

est célèbre : le peintre grec Zeuxis rendait si bien la réalité que les oiseaux se cassaient le bec en

voulant picorer les raisins qu’il avait peints sur un mur ! Aristote nous montre que si l’art est

imitation, il n’est pas que cela, il est aussi capable de purifier les âmes. "On se plaît à regarder les

images, car leur contemplation apporte un enseignement et permet de se rendre compte de ce qu’est

chaque chose" (

Entre la vie réelle et la représentationPoétique).

Thomas d’Aquin (1225-1274)

Thomas d’Aquin affirme que la philosophie ne s’oppose pas à la foi.

d’Aquin, grand commentateur d’Aristote, reprendra à son compte les thèses réalistes. Ce philosophe

issu d’une famille aristocrate napolitaine a montré que l’on pouvait être à la fois philosophe et

théologien. Il conçoit la sagesse comme une "prudence", c’est-à-dire une intelligence pratique

éclairée par la foi. À cette occasion, il définit les rapports qui doivent exister entre philosophie et

théologie, à une époque où l’on croyait les deux disciplines incompatibles. Puisque l’homme est un

être imparfait, la raison humaine ne lui permet pas de tout connaître, certaines vérités relatives à

Dieu ne peuvent être démontrées avec certitude par la seule raison. "La raison humaine est bien

débile devant les réalités divines !" écrit-il dans

Au XIIIe siècle, ThomasSomme théologique.

futur Alexandre le Grand, l’État est un fait de nature, les hommes ont besoin, par nature, de

s’assembler. "La cité est au nombre des réalités qui existent naturellement, et l’homme est par

nature un animal politique" (

vivre, mais de vivre en harmonie avec les autres dans une société organisée. C’est parfois la

nécessité ou le besoin qui pousse les individus à s’associer. Mais c’est toujours la recherche du

"bien vivre" qui les fait demeurer ensemble. Le groupement politique est dans la nature humaine, la

nature nous a donné les sentiments du bien et du mal, du juste et de l’injuste, ainsi qu’une faculté

spéciale pour les communiquer, parce que nous sommes créés en vue de la vie en société et, plus

précisément, de l’appartenance à une cité.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.