Pareto Vilfredo (1848-1923)

Economiste et sociologue disciple de Walras. Il introduit la notion « d’optimum de Pareto »

Pigou Arthur Cecil (1877-1959)

Condisciple de Keynes à Cambridge, mais contrairement à ce dernier, il sera fidèle à Marshall.

Pisany-Ferry Jean

Economiste de la nouvelle école keynésienne. Propose la mise en place d’un nouveau Policy-Mix (second Policy-Mix), qui devrait être une combinaison de l’ancien policy-Mix keynésien et d’une action sur les facteurs d’offres par les moyens d’une politique microéconomique structurelle. Selon lui il y’avait pour la France une « insuffisance » de l’ancien Policy-Mix (car le taux de chômage est supérieur au NAIRU,il y a donc la place pour une relance par un Policy-Mix) et de plus ce même NAIRU serait trop élevé (Taux potentiel de croissance trop bas), il y’aurait donc la place (et plus que la place) pour une politique microéconomique structurelle.

Polanyi Karl (1886-1964)

Economiste juif d’origine hongroise, il était démocrate mais ne s’engagea jamais en politique. Pour lui, la révolution libérale du 19ème siècle à chercher à entrer dans les faits par son institutionnalisation, une institutionnalisation qui a fait et fait toujours l’objet d’un rejet. Les marques de ce rejet apparaissent dans la mise en place de l’Etat providence, et par la nécessité de sans arrêt institutionnaliser le marché (la preuve que ça n’allait pas de soi). Pour lui, le fascisme et le communisme sont des réactions à cette tentative d’institutionnaliser le marché.

« Notre thèse est que l’idée d’un marché s’ajustant lui-même était purement utopique. Une telle institution ne pouvait exister de façon suivie sans anéantir la substance humaine et naturelle de la société, sans détruire l’homme et sans transformer son milieu en désert » La grande transformation

« C’est un lieu commun que, pour assurer la paix on doit éliminer les causes de la guerre, mais ce qu’on ne voit généralement pas, c’est que pour ce faire, il faut maîtriser à sa source le flux de la vie » La grande transformation

Proudhon

Veut montrer que le tout est supérieur à la somme des parties. Il avait une pensée complexe, et souvent après s’être emballer il revenait sur ses propos. Ainsi il peut être repris par les anarchistes bien qu’il soit plus nuancé que ça. Pareil en ce qui concerne la propriété privée qu’il a dans un premier temps condamner avant de la trouver souhaitable dés lors qu’elle n’est plus le support de l’exploitation et qu’elle devient le support de la liberté des travailleurs associés. C’est le fondement du mutuellisme.

« La propriété c’est le vol »

Perroux François (1903-1987)

Disciple de Schumpeter, il va approfondir l’idée de Schumpeter d’une polarisée, hétérogène et asymétrique.

Il y a des pôles à différentes échelles (entreprises ;grandes/petites,régions, villes, pays…).

Prescott

Nouveau classique prix Nobel d’économie 2005.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.