Connexion avec un réseau social:

Sujet de philo sur l'expression

Sujet de philo sur l'expression

Messagepar Christiansen » 29/11/2007 20:07

Ludo77 m'a demandé mon aide en MP pour une dissert de philo. Je trouve plus normal de faire profiter les autres du résultat de mes cogitations.

Le sujet est : "l'expression : "à chacun sa vérité est-elle entièrement satisfaisante ?"

chacun sa vérité" : Pirandello a écrit une pièce : "Chacun sa vérité" : chaque personnage décrit quelqu'un de façon tout à fait différente, et on n'arrive pas à savoir qui dit vrai.

Problématique (introduction possible) : on constate une opposition entre l'idée d'une vérité absolue et accessible à l'homme de façon objective, donc contrôlable par tous (semble possible en sciences) et une sorte de constatation "de bon sens" ou de "l'homme de la rue" : chacun a de vérité, son opinion sur ce qui est, sans possibilité d'atteindre la complexité du réel. Il faut annalyser cette opposition.

I. Atteindre la vérité est-ce possible en sciences ? 1) le vrai est ce qui existe réellement, contrôlable par chacun (citer plusieurs exemples tel que, bêtement, la distance du soleil à la terre (150 millions de km). La vérité possible dans la vie quotidienne : on parvient par ex. à savoir qui est coupable d'un crime ou qui a menti. L'eau bout à 100 degrés à l'altitude 0. Là, l'adage : "à chacun sa vérité" est réfuté.

2) La vérité scientifique n'est que partielle et provisoire (les exemples historiques abondent). la physique quantique démontre que le résultat peut être faussé par l'observateur : ainsi, voir une particule, oblige souvent à la bombarder de photons ! La vérité ancienne disait que la terre était plate, etc. Il n'y a donc pas de vérité absolue, il n'y a que du relatif à échelle humaine.

II. L'homme a-t-il par ses sens ou son intelligence un accès direct à la vérité ? Il faut aller plus profond et introduire ici la distinction de Kant entre le noumène et le phénomène (cherche sur le net le cas échéant), qui rejoint le "Protagoras" de Platon : la distinction entre le sujet (l'homme) et l'objet est irréductible : on voit l'objet, on ne voit pas son essence, dont Kant suppose la réalité, elle est inaccessible. Cela est encore plus vrai pour la réalité invisible : esprit, âme, Dieu. Kant a du reste ruiné la prétention métaphysique à connaître le Divin, avec son raisonnement, mais retrouve la nécessité de Dieu par la morale.

III. En même temps, cela signifie-t-il qu'il n'y ait aucune vérité métaphysique absolue ? Là, la logique intervient : Dieu est ou n'est pas, cela ne peut dépendre de la subjectivité de chacun ! Donc, chacun a le droit de croire ce qu'il veut, mais ce ne sera pas forcément du vrai, la vérité sera un autre terme pour son opinion. Le relativisme de "à chacun sa vérité" trouve ici ses limites. L'impossibilité d'atteindre à la vérité absolue ne signifie pas que l'on ne puisse pas écarter souvent l'erreur, ne serait-ce que par la logique formelle : si a est égal à b et plus grand que c, c sera plus petit que b.

Il nous faut donc accepter que la vérité relative de l'humain (par exemple en sciences) soit quand même digne d'être appelé le vrai, sachant que cela sera dépassé un jour. Cette vérité relative n'a plus rien à voir avec l'adage populaire" à chacun sa vérité", où la subjectivité passionnelle et intellectuelle de l'individu ne repose sur aucun fondement relevant d'un jugement réfléchi et pertinent.
Christiansen
Associate
 
Messages: 1653
Enregistré le: 17/08/2006 08:57
Localisation: Paris
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés

Index du forum ParcourSup: prépa HEC - Classe prépa Grandes Ecoles Annales - Aide aux devoirs - Méthodologie

Articles en relation: Sujet de philo sur l'expression

  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

SUP ETUDES: prepa-HEC.org Admission-Parallele.org coach-entretien.com Ecoles de commerce