Connexion avec un réseau social:

"Capacités" : le sanglot long...

Re: "Capacités" : le sanglot long...

Messagepar RH_AP » 18/12/2011 12:13

Bonjour, bonjour Flat_Eric.
Je suis partiellement d'accord avec votre constat.
Mais, tout d'abord, force est de constater que tu ne prends pas la peine de nuancer ton propos.
Pour vous, la notion de potentiel n'existe pas, ce qui est loin d'être vrai.
On ne pourrait donc pas avoir des élèves dont le niveau irait croissant (par un accroissement de la motivation, une plus grande maturité...), seules des régressions toujours plus fortes pourraient se faire, car seul l'élève se donnant à fond pourrait accéder aux sus-dites écoles.
Or, force est de constater qu'une personne à fort potentiel à 12 de moyenne (A) sera plus intéressant pour une école qu'un gros bosseur (B) à 13 dont le talent arrive à épuisement.
Pourquoi ?
Parce qu'il est évident qu'un individu change énormément de ses 17 à ses 19 ans.
En arrivant en Classe Préparatoire, on peut avoir "surfé" sur ses différents capitaux voire sur ses capacités intellectuelles jusque là.
La Classe Préparatoire va avoir pour effet, la maturité grandissante aidant, de chercher à pousser l'individu à exploiter de manière optimale ses possibilités.
De fait, là où l'individu B ne va cesser d'avoir des notes décroissantes, la difficulté croissante agissant comme une force contraire, il va bientôt être rattrapé par A qui va quant à lui avoir des résultats qui tendront à rester les mêmes, voire à progresser selon son potentiel.

Là où je vous rejoins assez largement par contre c'est que l'utilisation massive de la formule pour un oui ou pour un non lui fait perdre tout son intérêt.
Si certaines personnes ont de réelles potentialités, pour d'autres cela ne saurait être qu'euphémisme de bienséance visant à ne pas froisser la personne en question...
Cela a quand même pour effet négatif de discréditer tous les cas concrets, et amène à des réflexions comme la tienne, partiellement erronées bien que j'en comprenne les tenants et aboutissants, peut-être en caricaturant me direz-vous.

Joyeuses fêtes de fin d'année à vous.
RH_AP
Newbie
 
Messages: 15
Enregistré le: 18/12/2011 11:28
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés

Re: "Capacités" : le sanglot long...

Messagepar Insider » 19/12/2011 12:27

Sur le principe (se donner les moyens d'atteindre son objectif), je suis bien d'accord avec Flat Eric.
Reste que cette prépa est bien souvent un choix par défaut. Ma dernière, en term, ne sait toujours pas ce qu'elle veut faire (le papa s'inquiète^^). Elle bosse à peu près sérieusement avec des résultats solides, mais ne s'arrache pas comme celui qui vise la prépa depuis la première. Si elle se décide dans quelques semaines à faire une prépa, elle fera (c'est la vie...) les frais de son choix tardif, mais toutes choses égales par ailleurs, ce n'est pas par défaut de travail par rapport à un objectif, inconnu à ce jour.
Insider
Expert
 
Messages: 1471
Enregistré le: 01/06/2005 23:34
Localisation: Là où on ne l'attend pas...
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés
Parents d'élèves
Vault group

Re: "Capacités" : le sanglot long...

Messagepar Ambage » 14/10/2014 11:27

Je ne suis pas sûr d'être d'accord sur tout ; en particulier, ce paragraphe me dérange assez :

"Les aberrations de performance peuvent exister, mais la recette pour obtenir une grande ecole est connue et perenne. Le turbin, le taff, le boulot. Pas besoin de se tuer au travail si on commence a doser son effort depuis la premiere ou la term. Il n'y a pas de "potenntiel" ou de "capacites" qui tiennent. Seuls les resultats comptent."

Il serait vain, et surtout faux, de dire que le travail n'a aucun impact sur la réussite aux concours. C'est probablement le principal facteur de réussite. Cependant, il est loin d'être le seul. L'auteur semble penser que les excellentes prépas (disons LLG, HIV, Ginette) intègrent les parisiennes par wagons entiers parce que leurs élèves travaillent plus que les autres. Affirmer cela, c'est dire que les élèves des prépas moins performantes travaillent moins et que c'est pour cela qu'ils réussissent moins bien, et c'est une généralisation un peu hâtive.

Pour être passé par une des excellentes prépas susmentionnées, je pense pouvoir affirmer que ce qui les différencie vraiment des autres, ce sont les deux facteurs suivants :

1) La sélection des élèves. Pas de mystère, les meilleurs élèves de lycée réussissent globalement mieux en prépa. En revanche, les élèves qui réussissent le mieux (ce qui suit est une observation empirique sur un échantillon de quarante élèves) sont ceux qui en avaient gardé sous le coude au lycée : parmi mes petits camarades, ceux qui travaillaient beaucoup pour avoir d'excellents résultats au lycée ont globalement moins bien supporté l'arrivée en prépa que ceux qui avaient des résultats bons mais pas exceptionnels, dont on disait, justement, qu'ils avaient "des capacités" - et qui se sont donné les moyens de réussir en prépa.

2) L'état d'esprit. C'est là que se fait toute la différence, je pense ; c'est la raison pour laquelle un excellent élève de lycée réussira mieux à HIV qu'à Montaigne ou au Parc. C'est assez simple : les enseignants nous font implicitement ou explicitement comprendre, c'est selon, que nous sommes là pour nous préparer aux parisiennes et à HEC en particulier. Bien sûr, certains profs nous répètent que l'EM et l'Edhec sont d'excellentes écoles dignes d'être intégrées avec fierté, mais personne ne s'y trompe. Mon professeur d'anglais aimait à s'exclamer "Chambéry" ou "ESC Pau" lorsqu'un élève commettait une erreur particulièrement grossière. Notre cri de classe est "HEC". Le concours Ecricome est ouvertement considéré comme un concours d'entraînement qui sert uniquement à s'échauffer avant les vrais concours ou à avoir quelque chose à montrer pour cuber en cas de grosse catastrophe. Les maths Edhec sont un exercice d'échauffement. A partir de la deuxième année, tous les DS de maths sont des annales d'HEC ou de l'Essec. Les colles sont systématiquement au format HEC, et ce dès la première année. La préparation au face-à-face commence en fin de première année. Le classement au concours blanc a une vraie valeur parce qu'on peut se dire sans se tromper et en raisonnant par rapport aux années précédentes que les quinze voire vingt premiers ont une très bonne chance d'intégrer HEC, et que les dix premiers ont peu de chance de la rater, sauf gros ratage évidemment. En entrant en prépa, je n'avais pas d'objectif précis mais me disais que l'Edhec ou l'EM étaient des objectifs très honorables ; juste avant les écrits, je me disais que je serais un peu déçu de n'avoir que l'ESCP et que je khûberais certainement en-dessous.
Bref, vous l'aurez compris, la plupart d'entre nous avons intégré cette nouvelle échelle de valeur, nous sommes préparés au mieux pour les parisiennes et pas uniquement pour les écoles de la BCE, par forcément en travaillant plus, mais en travaillant différemment, en nous éloignant rapidement des exercices d'application directe et en essayant de nous conformer tout de suite à des exigences élevées. Cela s'est avéré payant pour beaucoup d'entre nous (19 sur 40 à HEC, presque 30 sur 40 admis à l'ESSEC, 85% dans le top 6). Cela ne convient pas à tout le monde, et il y a eu des erreurs de parcours pour quelques-uns, qui n'ont pas supporté d'être classé 39ème sur 40 ou qui ont décroché dès le début. Certains, qui ont été à l'EM Lyon, ont peut-être été un peu déçus sur le moment alors qu'ils auraient sauté de joie s'ils étaient passés par une autre prépa ; mais, justement, auraient-ils intégré l'EM Lyon s'ils étaient passés par une autre prépa ? Je n'en suis pas si sûr. Aurais-je eu HEC si j'avais été à Montaigne ? Je suis sûr que non.


J'ai bien conscience que ce message ne sera sans doute jamais lu par l'auteur de ce topic, mais je le poste quand même. Si vous trouvez que mon message contient de grossières généralisations ou exsude la morgue et la suffisance typiques des grandes prépas, c'est possible.

tl;dr : Le travail c'est bien, mais ça n'est pas tout. Le travail au lycée, c'est bien pour intégrer une bonne prépa, mais ça ne sert à rien pour réussir ladite prépa. L'important, c'est l'état d'esprit collectif.

Peace out.
Ambage
Newbie
 
Messages: 3
Enregistré le: 11/06/2010 14:20
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés

Re: "Capacités" : le sanglot long...

Messagepar BAMBOBENZ » 10/03/2020 22:12

Pour ce que j'en lis, pas mal d'entre vous arrivent ici, leur dossier sous le bras et la fleur au fusil, en indiquant qu'ils ne bossent pas ou peu le soir et que leurs notes pourraient etre potentiellement bien meilleures a ce que les resultats officiels affichent Tutuapp 9Apps ShowBox. A cote de cela, les memes personnes ne negligeraient aucunement que, sur cet hypothetique multicolore sur fond de lendemain qui chante, on les accepte dans les meilleures prepas.
BAMBOBENZ
Newbie
 
Messages: 9
Enregistré le: 20/02/2020 20:49
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés

Re:

Messagepar cleveland2000 » 19/04/2020 06:41

greywolf a écrit:Franchement Faqhec, je suis à Jouy ( on se connait surement d ailleurs ), et parmi les élèves de Llg , il y a des beaux glandeurs, de meme pour ceux de HIV.
Par contre, ce sont tous des gens qui comprennent au quart de tour ce qu'on leur dit, qui n'ont pas besoin de bosser pour suivre les cours ( les gens travaillent un ptit minimum en école )...
Et FE, croit moi, il y a beaucoup d'élèves à HEC qui n'y croyaient pas du tout faute de ne pas avoir assez travaillé en prépa ( j'en fais partie ). La chance ca arrive, et il ne faut pas oublier que tout se joue durant les auto clicker révisions, le reste de l'année est bien moins important.

Enfin d'apres moi, le meilleur c'est de ne pas forcer sa nature, bosse quand tu le veux, tu auras toujours une école, si elle est bonne, tant mieux, sinon tu auras ce que tu mérites. Les élèves qui partent à fond en début d'année en travaillant comme des brutes, alors qu'ils ne sont pas " faits pour ca " finissent souvent moins bien que ceux qui suivent leur rythme.

Qui donne le meilleur de lui-meme en Prepa recoit une recompense qui est, a long terme, plus importante que ce bout de papier qui comporte leur nom et le logo d'une ecole au-dessus: la satisfaction d'avoir tout donne, et la capacite a faire le maximum face a un challenge personnellement important.
cleveland2000
Newbie
 
Messages: 1
Enregistré le: 08/04/2020 08:43
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés

"Capacités" : le sanglot long...

Index du forum ParcourSup / APB - Orientation au lycée ParcourSup: dossier d'entrée en prépa HEC - Admission post-bac

Articles en relation: "Capacités" : le sanglot long...

  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

SUP ETUDES: prepa-HEC.org Admission-Parallele.org coach-entretien.com Ecoles de commerce