Connexion avec un réseau social:

Admission parallèle après école d'ingénieur

Re: Admission parallèle après école d'ingénieur

Messagepar prepa-HEC.org » 21/04/2014 18:05

Bonsoir,

qu'est-ce qui t'intéresse dans la filière commerciale et que tu ne trouves pas à l'ICAM ?
Avatar de l’utilisateur
prepa-HEC.org
Imperator
 
Messages: 10183
Enregistré le: 21/04/2002 14:48
Localisation: Lille
Groupe(s):
Lecteurs livre prepa-HEC.org
Utilisateurs enregistrés
Administrateurs
Modérateurs globaux
Vault group

Re: Admission parallèle après école d'ingénieur

Messagepar Bac+2 » 21/04/2014 19:25

Pour faire simple, à l'ICAM, je me suis investit dans ma promo (organiser des événements, gérer la vie de promo, Délégué de classe...) et c'est la dedans que je me suis épanoui. Après de longues réflexions, je me suis rendu compte que je n'aimais pas les matières faisant la base de l'ICAM, à savoir les Sciences Industrielles et la physique (Ainsi que les maths divisés en deux filières : Algèbre et analyse, j'ai beaucoup de mal à m'intéresser à l'algèbre mais l'analyse me plaît bien, et j'adore tout ce qui est probabilités, statistiques...). Je n'ai pas réellement envie d'apprendre et c'est la tout le problème. En revanche, je m'investit beaucoup dans les matières comme les Langues (Anglais et Espagnol) et surtout dans ce que l'on appelle "Formation Humaine", c'est à dire une ouverture au monde en passant par la philosophie (mêlée au français un peu plus scolaire) et tout ce qui comporte dynamique de groupe, étude et recul sur le monde extérieur...

Ayant un an d'avance, j'ai peut être et même certainement manqué de maturité lors de mon année de terminale. Je me suis rendu compte que récemment que je ne m'étais jamais posé la question "Qu'est ce que j'aime faire" mais que celle récurrente était "Comment réussir ?". Ces 2 questions étant liées au 1e abord ne le sont pas vraiment dans mon cas. Je ne me suis jamais vraiment posé de questions sur mon orientation et étant dans un cadre familial tourné majoritairement vers l’ingénierie, cela allait de soi (pour moi) de faire ce dont je parlais depuis tout gosse à savoir "Être ingénieur".

Mais voilà, j'ai envie d'un "nouveau départ" ou je sais que je m’épanouirai BIEN BIEN plus, car voyez vous, j'ai comme retrouvé cette soif de connaissances, et cela m'a fait défaut sans que je n'y fasse tellement attention tout au long de mes années lycées et de mes 2 premières années de Classe prépa intégré concernant les matières telles que la physique, la SVT ou la SI (Sciences Industrielles). Et je sens qu'au fond de moi, je me suis trompé de filière et j'ai peur de le regretter toute ma vie. Je n'ai pas du tout envie lorsque je regarderais en arrière de me dire que j'ai choisi la solution de facilité en continuant des études que je savais n'être pas faîtes pour moi mais que j'ai continuée faute de me battre pour trouver une autre voie un peu moins banale.
J'espère avoir été clair, car j'ai tout rédigé d'une traite, j'espère que vous me pardonnerez mes erreurs de syntaxes !

PS : Voici un "mot" que j'ai écrit (car j'aime bien écrire sans aucune relecture, au fil de la plume (ou plutôt ici du vire volettements des doigts sur les touches de mon clavier) afin de mener une certaine vision de ma vie/mon état d'esprit à "un instant t" (pour le clin d’œil ironique))
J'ai écrit ce mot en 10/15 minutes, et je viens pour la 1e fois de le relire et il se trouve qu'il reflète assez bien ma vision sur cette histoire (toute proportions gardées bien sûr.)
Pardon pour les fautes d'orthographes sur ce "mot" et les très nombreuses fautes de styles mais je trouve important qu'il n'y ai aucune relecture ni modifications. Et j'espère qu'il vous aidera à cerner un peu mieux le jeune homme qui se cherche que je suis et qui est certain de s'être trouvé ces derniers temps mais dans une filière "Prépa/Ecoles de commerces" :

La valeur d’une vie

Quest ce qui n’est pas une question fondamentale sinon notre vie ? De quoi se rappellera t’on quand on regardera en arrière, notre vie essoufflée ? Se rappellera-t-on du marathon, de la tactique de course ? Non, nous nous rappellerons des imprévus, de tous nos coups d’éclat, nos prises de risques, nos folies. Alors pourquoi vis t’on majoritairement en privilégiant la tactique à l’imprévu et à l’instinct ?

On choisit ses études pour des statistiques nous disant que dans tels ou tels domaines nous avons le plus de chance de réussir en fonction de nos aptitudes. Mais le but d’une vie est t’il vraiment de réussir par tous les moyens ? Malgré la philosophie en vogue ces dernières années, ce qu’on pourrait appeler le tsunami d’une vision biaisée du rêve américain, j’ai envie de dire et surtout de croire que non. Les plus belles vies ne sont pas celle sans bavures, parfaites, tirées à 4 épingles, un peu comme les pommes au supermarché plus chimique que naturelle.

Les plus belles vies sont faites d’hésitation, de chutes, de remontée et surtout d’imprévus. En négligeant cet aspect, nous cantonnons notre existence à l’étude statistique de nos différents choix. En somme, nous sommes devenus des hommes guidées par « Ca serait bien de faire ceci/cela » plutôt que par « j’ai envie de faire ceci/cela, quitte à ne PAS réussir ». Je ne veux pas fumer, je ne veux pas boire, ca augmente les chances de décès. Je ne veux pas faire de folies, ça réduirait mon score sur ce grand jeu qu’est la vie. Pas de prises de risques, on investit toujours sur « la valeur sûre ».

Mais nous sommes nous vraiment demandés, sincèrement, seul en discussion avec notre moi intérieur, si cette vie nous rendait heureux ? J’ai tendance à penser que non. Combien de vocations se perdent car « c’est trop risqué » ? Nous vivons notre vie comme on lit un CV, sans réelles saveurs. Alors la question que je vous pose est la suivante : « Comment vivre plutôt que de survivre dans cet univers impitoyable fait de gens vous jugeant sur la valeur de votre vie ? »

Avant d’aborder plus en profondeurs cette question, j’aimerais m’interroger sur les critères de jugement de la valeur d’une vie. Le simple fait de poser cette question laisse comme une épine sous le pied. Une vie est-elle faites pour plaire à la masse (amis, famille, société, politiquement correct...) ou pour plaire à celui qui la vie ? Pour moi la réponse évidente serait, en premier abord de répondre pour celui qui la vie. Mais répond t-on toujours de cette manière la lorsque nous la vivons, cette/notre vie ? Voilà une question qui pourrait en faire douter plus d’un, à commencer par moi.


Comment est-ce que je vis ma vie ?
Bac+2
Newbie
 
Messages: 5
Enregistré le: 21/04/2014 00:10
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés

Re: Admission parallèle après école d'ingénieur

Messagepar Bac+2 » 21/04/2014 20:38

Désolé si cette réponse peut faire peur à certains de part sa taille, mais votre avis m'intéresse ! Renvoyez moi "ch***", c'est comme ça qu'on apprend le mieux :aille2:
Bac+2
Newbie
 
Messages: 5
Enregistré le: 21/04/2014 00:10
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés

Re: Admission parallèle après école d'ingénieur

Messagepar albireo » 21/04/2014 21:10

On ne va pas jeter dehors quelqu'un qui vient demander des conseils ( c'est un peu le but de ce forum...)

A ta place je réfléchirais quand même sérieusement - pour faire court la prépa HEC est extrêmement enrichissante d'un point de vue intellectuel, mais les études en école de commerce n'ont rien à voir. Attention à ne pas enchaîner les désillusions, parce que la prépa n'est pas une fin en soi. A mon avis et bien que ce soit difficile à bac+2, réfléchis surtout à ce que tu as envie de faire après tes études.

Creuse au-dedans de toi. Au-dedans de toi est la source du bien, et une source qui peut toujours jaillir, si tu creuses toujours...
Avatar de l’utilisateur
albireo
Associate
 
Messages: 1720
Enregistré le: 27/12/2010 21:21
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés
Saint Louis - Paris
HEC
Vault group

Re: Admission parallèle après école d'ingénieur

Messagepar ProfEcoGestion » 22/04/2014 07:58

Tu es maintenant au niveau bac +2 (si tes années à l'ICAM son validées). Du coup, tu dois pouvoir passer des concours en AST type tremplin ou ACCESS ou postuler dans les IAE qui prennent souvent des profils atypiques pour intégrer directement une L3. Je ne vois pas trop l'intérêt de repartir au niveau bac alors que tu as déjà fait 2 ans et qu'il existe quand même beaucoup de passerelles entre les écoles d'ingénieurs et la voie commerciale... Tous les ans, des étudiants de mon DUT (en mesures physiques) intègrent des études commerciales directement en bac +3 justement parce qu'ils souhaitent arrêter les sciences côté TP... ce qui ne les empêche pas de valoriser et d'utiliser leurs compétences scientifiques, les technico-commerciaux étant très recherchés !
A l'heure d'APB, un ouvrage pour vous aider dans vos choix et dans la constitution du dossier : http://www.editions-ellipses.fr/product_info.php?products_id=10769
Avatar de l’utilisateur
ProfEcoGestion
Senior Moderator
 
Messages: 2326
Enregistré le: 27/10/2002 14:36
Localisation: Paris
Groupe(s):
Lecteurs livre prepa-HEC.org
Utilisateurs enregistrés
Vault group
ENS Cachan
Berthollet - Annecy
Professeurs
Honoris causa
Modérateurs globaux

Admission parallèle après école d'ingénieur

Index du forum ParcourSup / APB - Orientation au lycée ParcourSup: dossier d'entrée en prépa HEC - Admission post-bac

Articles en relation: Admission parallèle après école d'ingénieur

  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

SUP ETUDES: prepa-HEC.org Admission-Parallele.org coach-entretien.com Ecoles de commerce