Réussir ses semaines de : comment bien aborder les journées d’épreuves ?

J’ai choisi de consacrer le dernier article de ce cycle à la question du comportement et des réactions pendant les journées d’épreuves.

Comment ne pas sombrer dans le pessimisme suite à une épreuve ratée ou au contraire comment ne pas se laisser aller à l’euphorie suite à une épreuve réussie ? Comment enchaîner toutes ces épreuves en restant performant ? Je m’excuse par avance de ne pas traiter les épreuves spécifiques de la voie mais je ne les connais pas assez pour cela.

Quelques règles et remarques générales par matière

Les concours se partagent entre 4 grandes matières qui elles-mêmes se décomposent en sous-matières : mathématiques, langues, culture générale et HGE et AEHSC suivant les filières. D’une manière générale, le meilleur que je puisse vous donner, même s’il n’est pas toujours facile de le mettre en œuvre, est de rester lucide lorsque le sujet est distribué. Cela signifie ne pas se dire : « Super, je sais tout sur ce sujet » ou au contraire paniquer en se disant « Je ne sais rien, c’est perdu d’avance ».

Les épreuves de maths

Ces épreuves font stresser à l’avance de nombreux candidats, en particulier ceux qui ne se sentent pas à l’aise en mathématiques. La première chose à faire lorsque le sujet est distribué est de le lire en entier et de mettre un repère en face des questions que vous pensez savoir traiter. Cela vous permettra souvent de pouvoir aller grappiller des points précieux en fin d’énoncé plutôt que de traîner de longues minutes sur des questions pour lesquelles vous ne trouvez pas la réponse.
Ce conseil vous paraît probablement ridicule là-maintenant mais beaucoup d’entre vous l’oublient le jour J, se lançant directement tête baissée dans le sujet en pensant gagner du temps. Cependant, lire le sujet en entier a également un second avantage : il vous permet d’en comprendre la logique. Les sujets de mathématiques sont construits vers un but, ont un objectif. Il ne s’agît pas de questions mises les unes à la suite des autres au hasard. Les exercices peuvent soit avoir pour objectif de redémontrer un théorème, soit d’étudier une fonction ou un polynôme classique soit même d’analyser ou modéliser une situation. Toujours est-il que si vous savez où le concepteur du sujet souhaite vous emmener, il vous sera beaucoup plus simple de le suivre. Ensuite, soyez attentifs pendant la lecture du sujet aux questions dont la réponse est en réalité donnée dans une des questions suivantes. Cela vous permettra de vérifier que vous ne vous êtes pas trompés.
Enfin, mieux vaut ne pas finir le sujet mais avoir parfaitement traité ce que vous avez fait qu’avoir tout survolé : cela signifie que vous devez être extrêmement rigoureux dans les notations, les calculs et la rédaction. En cas d’incertitude dans votre raisonnement, il est rare que le correcteur vous laisse le bénéfice du doute…

Les épreuves de culture générale

Elles se répartissent entre les épreuves de dissertation, de contraction de texte et l’épreuve de synthèse d’ESCP.
Pour les épreuves de dissertation, le principal conseil que je souhaite vous donner est de vraiment partir du sujet, de l’analyser et de ne surtout pas chercher à adapter une de vos bonnes dissertations de l’année. Vous risqueriez le hors-sujet.

Méfiez-vous aussi de la gestion du temps, un excellent plan au brouillon si vous n’avez pas le temps de terminer la rédaction ne sert à rien ! N’hésitez pas à vous référer aux méthodologiques sur la dissertation : http://www.prepa-.org/ressources/culture-generale/methode-dissertation/principes-dissertation/.
Pour les épreuves de contraction de texte et de synthèse, gardez en tête que le pire est un contre-sens. Si vous avez vraiment un doute sur un passage du texte, mieux vaut rester vague ou à l’extrême l’omettre plutôt que d’écrire un contre-sens. Là encore, la gestion du temps est fondamentale. Elle l’est même encore plus qu’en dissertation. En effet, vous ne pourrez pas rédiger à la va-vite la fin de votre devoir puisqu’il y a la contrainte du nombre de mots. Là encore, vous pouvez vous référer à nos conseils méthodologiques pour la contraction de texte : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-contraction-texte/methode-contraction-texte/ et pour la synthèse : http://www.prepa-hec.org/ressources/culture-generale/methode-synthese-texte/.

Les épreuves de langues vivantes

Il n’y a finalement que peu de différences entre la LV1 et la LV2 dans le format et le déroulement de l’épreuve. De même, quelle que soit la banque d’épreuves, les sujets s’organisent de la même façon : une partie version, une partie thème et une partie rédaction incluant une dimension civilisation.
En termes de gestion du temps, je vous conseille de commencer par la version, de continuer avec le thème et de finir par la partie rédaction, ainsi, vous vous adapterez au temps restant. Encore une fois, que ce soit pour la version ou le thème, le plus gros risque vient du contre-sens !
Pour la partie rédaction, mieux vaut utiliser des tournures de phrase simples et/ou que vous maîtrisez parfaitement. Essayez aussi de faire ressortir votre culture du/des pays.

Les épreuves d’HGE ou AEHSC

Les remarques sont très proches de celles données pour la dissertation de culture générale. Évitez à tout prix le hors-sujet, c’est-à-dire que vous devez passer le temps nécessaire pour délimiter le sujet dans le temps et dans l’espace et ne pas foncer tête baissée parce que vous croyez avoir déjà traité le sujet dans l’année. Encore une fois, veillez à la gestion du temps !

Gérer ses émotions pendant toute la journée d’épreuve

La gestion des émotions pendant les journées d’épreuves peut s’avérer difficile dans deux situations particulières : pendant les épreuves ainsi qu’avant et après les épreuves, lorsque vous êtes avec les autres étudiants.
Pendant l’épreuve, deux moments sont particulièrement « stressants » pour le candidat : le moment où le sujet est dévoilé et la fin de l’épreuve.
Lorsque vous découvrez le sujet, deux sentiments extrêmes peuvent vous envahir : l’euphorie car vous pensez savoir tout faire ou la panique car vous pensez ne rien connaître… Dans ces deux cas, il est indispensable de prendre du recul au risque de rater votre épreuve.
Si vous pensez savoir tout faire, méfiez-vous. Premier cas, l’épreuve est vraiment facile, les autres candidats maîtriseront donc aussi l’épreuve, il vous faut donc être particulièrement rigoureux et précis pour faire la différence. Deuxième cas, il s’agît en effet d’un sujet, de notions que vous maîtrisez parfaitement, certainement mieux que les autres. Ne tombez pas alors dans une sorte de suffisance qui vous amènerait à faire preuve de superficialité ou pire, à faire un hors-sujet en dissertation !

Si vous pensez ne savoir rien faire, dédramatisez ! Si le sujet est dur pour vous, il l’est probablement pour tout le monde. Recentrez-vous sur les bases, sur la méthodologie pour traiter au mieux ce sujet qui vous semble difficile. S’il s’agît d’une dissertation, le fait de na pas savoir grand-chose va vous obliger à proposer une réflexion approfondie et à insister sur cette dimension réflexive, le résultat pourrait vous surprendre ! S’il s’agît d’un sujet de maths, relisez le paragraphe consacré aux maths d’HEC et appliquez les conseils qui y sont donnés. Dans tous les cas, faîtes abstraction de ce qui se passe autour de vous, ne regardez pas les autres : ce n’est pas parce qu’ils écrivent beaucoup que ce qu’ils font est juste !

Lorsqu’il ne reste plus qu’une heure, une demi-heure, 10 minutes…, le stress peut de nouveau vous envahir car vous avez l’impression d’être très en retard ! Encore une fois, si un sujet de maths est long, il l’est pour tout le monde donc restez concentré pour en faire le maximum. Ce n’est pas le moment de vous mettre à papillonner pour essayer de traiter un petit morceau de chaque question, cette attitude est totalement inefficace. Si vous êtes dans une épreuve de dissertation, si vraiment vous êtes en retard, abrégez votre dernière partie en allant à l’essentiel pour avoir le temps de terminer. Si vous êtes dans une épreuve où le nombre de mots est contraint (contraction, synthèse ou langues), ne cédez pas à la panique et ne perdez pas vos moyens. Au contraire, remobilisez-vous pour arriver au bout. Au besoin, rédigez directement sur votre copie, faites les modifications au fur et à mesure mais surtout, comptez les mots régulièrement pour vous adapter en direct.

Avant et après l’épreuve, les relations avec les autres étudiants peuvent aussi être source de stress. Là encore, apprenez à prendre suffisamment de recul pour ne pas vous faire contaminer par le stress des autres avant l’épreuve. Certains adorent demander aux autres de leur rappeler un théorème, raconter comment ils ont révisé la veille… Cela peut vous embrouiller, vous donner l’impression que vous ne savez plus rien ou que vous n’avez pas assez révisé. En réalité, chacun gère son stress de manière différente et certains peuvent avoir besoin de l’extérioriser. Si cela vous pose un problème, rien ne vous empêche de vous isoler, avec votre MP3 sur lequel vous aurez enregistré tous les éléments de cours que vous risquez d’oublier au besoin. Après l’épreuve, tout le monde va donner son point de vue sur l’épreuve, ce qu’il a su faire, ce qu’il n’a pas su faire…
En fait, chacun cherche à se rassurer. Donc là aussi, écoutez et participez si vous le souhaitez mais encore une fois en prenant du recul. Comme toujours, il y a celui qui a soi-disant su tout faire mais qui en réalité aura une très mauvaise note et à l’opposé celui qui n’a soi-disant rien réussi mais qui aura une très bonne note.
Enfin, si vous avez vraiment raté une épreuve (vous n’avez par exemple pas terminé), remobilisez-vous très rapidement pour l’épreuve suivante : vous êtes dans un concours, vous pouvez vous rattraper avec une autre épreuve ou au moins réussir dans une autre banque d’épreuves !

Regards sur quelques épreuves particulières

Certaines épreuves se caractérisent par des spécificités qui peuvent vous angoisser ou vous désarçonner. La liste ci-dessous et les conseils qui l’accompagnent sont loin d’être exhaustifs…

Les maths d’HEC

Elles font trembler tout le monde avant même que les sujets ne soient distribués. En effet, ces épreuves sont réputées pour être non classiques et difficiles. Cependant, pas de panique, c’est la même chose pour tout le monde. C’est à vous d’être suffisamment tenace pendant les 4 heures pour essayer d’aller chercher la moindre sous-question que vous êtes capable de résoudre. Surtout, ne vous découragez pas, vous êtes en concours et non en examen, l’objectif n’est pas de tout faire mais d’en faire plus que les autres ! Par contre, s’il y a bien une épreuve où il est important de lire le sujet en entier, c’est celle-là !

Les maths d’EM Lyon et de l’EDHEC

Ces épreuves sont plus classiques et de fait plus faciles. Par conséquent, il est clairement possible de répondre à toutes les questions pour un élève qui a bien assimilé le programme des deux années. Cela n’est pas forcément une très bonne nouvelle non plus car cela signifie qu’il va falloir être extrêmement rigoureux dans la rédaction, c’est ce qui fera la différence. De même, mieux vaut ne pas traîner sur une question ou un exercice sur lequel vous bloquez. Vous avez tout intérêt à aller au bout du sujet et revenir ensuite.

La dissertation d’HGE d’ESCP

Elle compte presque partout, autant dire que la rater peut avoir de lourdes conséquences. Le hors-sujet est donc interdit tout comme le fait de rendre une copie non terminée (ou sans carte !). D’une manière générale, pour toutes les épreuves qui comptent dans de nombreuses écoles, mieux vaut assurer et ne prendre aucun risque. Vous avez un doute sur une date, sur une citation, sur un événement, mieux vaut ne pas l’utiliser. Sur cette épreuve, il est fondamental de bien cerner le sujet et de proposer un plan logique et convaincant. Vous ne trouvez pas de plan original qui vous convainc ? Mieux vaut alors partir sur un plan classique, vous n’aurez probablement pas 18 mais au moins vous limiterez les dégâts…

Pour aller plus loin

Consultez les autres conseils que nous prodiguons sur le site. Et pendant les épreuves, venez échanger avec des étudiants de toute la France (métropole et DOM-TOM 🙂 ) passant les concours, des étudiants d’ et les membres de l’équipe de prepa-HEC.org sur le forum des concours ESC

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.