Je n’avais pas prévu d’écrire cet article mais le nombre de sujets sur la question se multipliant sur le forum, j’ai trouvé intéressant de s’y intéresser. Evidemment, entre le fait que chaque cas est unique et que les concours présentent une certaine part d’aléatoire, il est impossible d’apporter une réponse générale. L’objectif ici est donc de vous apporter des pistes de réflexion aux questions les plus souvent posées, que vous pourrez enrichir des différents témoignages trouvés sur le forum prepa-.org pour les cubes.

Cube

Quel est le profil idéal pour ?

On commence par une des questions les plus délicates… qui n’a pas de réponse générale. Par contre, certains éléments peuvent laisser présager d’un efficace. Les premiers sont d’ordre personnel :
• Vous avez été malade pendant votre année de classe préparatoire ce qui vous a empêché d’avoir un travail optimal, voire même, vous avez été malade le jour des épreuves. Vos problèmes de santé sont maintenant derrière vous et vous avez envie de repasser les concours dans de meilleures conditions.
• Vous avez vécu un événement personnel douloureux peu de temps avant ou pendant les concours (un décès par exemple) et vous n’aviez pas du tout la tête aux concours.
Les seconds sont davantage liés à votre profil scolaire et à vos aux concours :
• Vos résultats sont conformes à vos attentes mais vous aviez un niveau moyen en entrant en , vous avez progressé régulièrement, vous pensez pouvoir poursuivre dans cette voie.
• Vous avez eu des résultats catastrophiques dans certaines matières du fait d’une erreur de gestion de temps, d’un hors-sujet… bref, d’un élément qui ne devrait pas se reproduire l’année suivante.
• Les mathématiques sont votre gros point faible : vous avez eu des notes correctes (au moins 8 aux épreuves classiques que sont l’EDHEC et les maths des ESC) mais des notes beaucoup plus faibles aux parisiennes. Vous avez compris les bases mais avez manqué de temps cette année pour les approfondir.
• Vous étiez premier et de loin dans votre prépa, vous vous êtes un peu laissé aller…
• Vous avez des bases solides en langues et vous maîtrisez la méthodologie de la dissertation ainsi que celle de la contraction de texte.
• Vous avez eu un gros accident dans une matière lors du concours mais sinon dans les autres matières, les résultats étaient proches de ce que vous espériez.
• Vous n’êtes pas loin de l’admissibilité ou même de l’ dans les écoles de vos rêves.
• Vous « aimez » la prépa et n’êtes pas pressé qu’elle soit terminée.
• Vos enseignants vous conseillent de cuber.

Quel est le profil non adapté au cubage ?

Si on peut donner des caractéristiques favorables à un cubage réussi, on peut aussi en citer des défavorables.
• Vous avez obtenu des résultats inespérés dans la plupart des matières.
• Vous avez obtenu de très bons résultats comparés aux élèves mieux placés que vous au dernier trimestre.
• Vous avez eu de la chance dans les sujets : vous êtes tombés sur ceux que vous maîtrisiez le mieux.
• Vos points faibles sont plutôt les langues et la culture générale.
• Vous n’aviez qu’une hâte : que la prépa soit terminée.
• Vous avez beaucoup de mal à gérer votre stress, cela a été encore pire le jour des concours.
• Vos notes de mathématiques sont déjà très bonnes.
• Vos enseignants vous déconseillent de cuber.

A partir de quelle école peut-on cuber ?

Là aussi, tous les ans, des questions sont posées pour savoir en dessous de quelle école il est conseillé de cuber et à partir de laquelle il vaut mieux intégrer. Là encore, pas de réponse miracle mais il faut replacer la question par rapport à vos objectifs personnels : si vous avez eu à quelques rangs près l’école que vous espériez, peut-être que cuber n’est pas la bonne solution. Tout dépend aussi de la perception que vous avez eu de l’école lors des oraux : vous a-t-elle plu ou pas ? Certes, il y a des classements mais vous allez passer trois années dans une école et dans une ville, il vaut mieux vous y sentir bien. Enfin, plus l’école obtenue est bien classée, plus les chances d’avoir mieux l’année suivante sont réduites.

Quels progrès peut-on attendre en cube ?

En cube, vous pouvez déjà progresser dans les matières clés des concours mais également dans votre gestion des concours.
• La matière qui bénéficie souvent le plus du cubage est les mathématiques
• Davantage de temps pour travailler les matières délaissées l’année précédente
• Approfondissement des connaissances notamment en HGE et du vocabulaire en langues.
• Meilleure maîtrise du temps dans les différentes épreuves.
• Moins d’appréhension concernant le contenu et l’enchaînement des épreuves car vous l’avez déjà vécu.
• Expérience des oraux, possibilité de préparer les questions qui vous avaient piégé l’année précédentes.

Quels sont les risques ?

En général, on prend la décision de cuber en considérant les mauvaises notes obtenues mais rarement les bonnes et on regarde sa marge de progression sans prendre en compte de possibles régressions. Petite synthèse des désillusions qui peuvent arriver l’année du cubage :
• Surestimation de son niveau et de sa marge de progression. Cuber ne fera pas non plus des miracles…
• Souci de santé pendant l’année ou le jour des concours. On ne le souhaite à personne mais cela peut arriver.
• Difficulté à gérer le stress du cubage lors des concours (on se trouve un peu dans une situation de quitte ou double).
• Hors sujet dans une épreuve de dissertation.
• Thème de culture générale qui inspire beaucoup moins que celui de l’année d’avant.
• Forte réussite dans une matière l’année précédente (note au-dessus de 15) qui ne sera pas forcément réitérée.
• Contre-sens ou faux-sens en synthèse ou contraction de texte.
• La progression en langues, HGE et culture générale peut être très lente. Le déclic peut se produire pendant votre année de cube… comme il peut aussi ne pas se produire.
• L’année de cube peut être difficile à gérer psychologiquement parlant, notamment si les concours blancs s’avèrent décevants.
• Vos amis vous feront des retours formidables sur leurs écoles, leurs stages, pendant que vous serez encore plongé dans vos bouquins… Là encore, la situation peut être difficile psychologiquement.
Les concours gardent un caractère aléatoire qu’il ne faut pas oublier. Tous les éléments évoqués m’amène au risque principal d’une année de cube : obtenir moins bien que l’année précédente !

J’espère que ces quelques éléments vous aideront à construire votre propre réponse. Celle-ci sera forcément la bonne si c’est celle qui vous convainc. N’hésitez pas toutefois à prendre l’avis de vos enseignants qui vous connaissent bien et ont une expérience des cubages. Ils pourront vous dire ce qu’ils pensent de votre profil.

Sujets en lien sur le forum :
Profil pour cuber ?
Cuber (un –très – long fil de discussion)
ESCP, Cachan ou cuber ? (derrière son aspect provocateur, des réponses très intéressantes ont été apportées.)
Bien d’autres sujets sont disponibles. Retrouvez les via la fonction recherche: sujets cubage

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.