MBA : Le marché américain décline au profit de l’Europe – Olivier Oger EDHEC

Interview du directeur de l’ par le Journal du Management. Extraits. “Les européens à temps partiel ont la cote. Et selon le directeur de l’, les MBA français redorent également leur blason, même s’ils ne sont pas les plus plébiscités”.

Quelle est l’offre de l’Edhec en termes de MBA et de continue ?

L’Edhec propose un MBA à temps plein, et un Executive MBA à temps partiel qui s’adresse surtout aux cadres et dirigeants. Le CSM, Cycle Supérieur de Management, est quant à lui une formation sur six mois souscrite par les entreprises pour les juniors de 22 ou 23 ans qui sont en poste et qui vont être amenés à prendre rapidement la responsabilité d’un service.

La différence de l’ EDHEC avec d’autres MBAs ?

Je pense que nous nous différencions par la qualité de notre relation client. Et c’est fondamental. Si une entreprise vous confie un cadre, elle veut aussi un retour. Le cadre doit venir avec un projet qui concerne l’entreprise.

L’intérêt du campus de Nice ?

Le MBA à temps plein se fait là-bas, le reste de la formation continue et des MBA se trouvent à Lille. La raison est simple, Lille est très facile d’accès par le TGV depuis Paris, Londres ou Bruxelles, notamment pour les personnes qui font une formation à temps partiel. D’un autre côté, le MBA temps plein de Nice est beaucoup plus international. Les personnes qui viennent en France préfèrent passer un an sur la Côté d’Azur plutôt que dans le Nord.

La situation des MBAs français sur le marché européen ?

En ce qui concerne les MBA internationaux ? Moyennement. Les écoles françaises attirent moins que leurs homologues anglais ou espagnols.

Les diplômes des grandes écoles étaient les produits stars de celles-ci, et pas les MBA que l’on désignait auparavant sous les termes de “formation complémentaire”. Cependant, ces écoles investissent davantage depuis cinq ans sur les MBA. D’ailleurs, l’Insead et ont fait une bonne percée sur le plan international.

Le marché américain décline au profit de l’Europe et de l’Australie. Je dirais que la bascule s’est faite sur les dix dernières années. Il y a une grosse différence entre les MBA américains qui durent traditionnellement deux ans et les MBA européens qui sont concentrés sur un an et correspondent mieux à la demande des candidats.

Quels sont les besoins des cadres en formation ?

Le développement du MBA à temps plein ralentit car trop rigide, au profit de toutes les formules à temps partiel, part time ou online.

D’ailleurs, la formation à distance via Internet connaît un véritable essor. Au sein de l’Edhec, suivant la décision que l’on prendra en décembre prochain, une telle formation pourrait voir le jour dans un an.

Lire l’article

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire