La révolution gorbatchevienne : Tranquillité ou rupture ? (1 / 3)

12 novembre 1982 : 2 jours après la mort de L. Brejnev, Iouri Andropov est nommé secrétaire Général par le Comité central du PCUS.

Objectifs d’efficacité économique :

  • réduire les gaspillages
  • renforcer la discipline

Relations tendues Est-Ouest :

  • décembre 82 : Andropov propose réduction du nbre de missiles SS20 à ceux qui se trouvent en France et en GB, les autres pouvant être transportés dans les territoires asiatiques ; les USA refusent, arguant que ces missiles pourraient être ramenés en Europe en cas de crise
  • août 83 : Andropov renonce à transporter ses missiles en surplus et annonce leur destruction
  • 1er septembre 83 : destruction d’un Boeing 747 appartenant à la Compagnie d’aviation civile de la Corée du Sud par la chasse soviétique. L’URSS ne reconnaît que le 6 septembre
  • dégradation ; Andropov se montre virulent accusant USA d’instrumentaliser l’accident
  • novembre 83 : l’URSS met fin à la conférence de Genève sur les euromissiles + reprise déploiement des SS20 en Europe

Timide reprise du dialogue sous Tchernenko (février 84 – mars 85)

  • avec Gromyko aux Affaires Etrangères en charge de la diplomatie soviétique
  • septembre 84 : rencontre Gromyko – Reagan aux USA
  • mais Initiative de Défense Stratégique (IDS) ou « guerre des étoiles » cristallise les tensions

I. Problèmes et débats en URSS à l’arrivée au pouvoir de M. Gorbatchev

A. L’état de crise avancée de l’URSS
1. Crise de l’économie soviétique

Décélération de la croissance mais pas retournement brutal de la conjoncture

Pas de surproduction

Problèmes cependant pour passer d’une croissance extensive à une croissance intensive.
Les objectifs des plans ne sont jamais atteints depuis le début des années 1960

L’écart PNB URSS-USA reste important, puisqu’en 1977 le PNB de l’URSS représente 72% de celui des USA.
Gaspillage, hausse des prix, manque de rentabilité, essoufflement de la croissance, politique de replis vis-à-vis de l’extérieur.

2. Les explications

Le Gosplan n’arrive plus à maîtriser la complexité croissante de l’éco soviétique due autant aux progrès des quantités qu’à ceux de la diversité des productions de biens et de services.

Les planificateurs imposent des objectifs arbitraires qui n’ont pas de rapport avec la réalité ; ils ne connaissent pas plus les besoins du fait de l’ajustement de l’O/D par les prix

La Recherche emploie 60% de chercheurs en + qu’aux USA, mais elle apparaît comme inefficace

Le Secteur militaire canalise investissements et industries de pointe, se développant au détriment du civil.
Incapacité à motiver les travailleurs, les ouvriers, les agriculteurs.

3. Le bilan du 11è plan (80-85) confirme la situation éco dégradée de l’URSS

baisse production de pétrole

hausse fabrication de biens d’équipement, de biens de consommation durable

Ralentissement de l’accroissement de main d’œuvre, de celui des investissements, choix d’équipements inachevés

Equipements industriels tous plus ou moins obsolètes comparés aux normes de l’Occident

Dépenses militaires ont obéré le niveau de vie de la population

Concentration sur les pays socialistes pour le commerce extérieur

Balance commerciale globale est excédentaire, mais déficitaire avec les pays capitalistes.

Volume record des achats de céréales à l’Amérique du Nord

B. Gorbatchev à l’assaut du communisme
1. L’interprétation de ces résultats décevants

S’affirment les idées de l’Ecole de Novossibirsk en 83, dont le chef de file est Tatiana Zaslavskaya, et avec Vadim Medvedev : démotivation des travailleurs, sclérose d’un système sclérosé depuis 30 ans…
Elle prône l’autogestion socialiste (et non communiste)

Il faut aller vers la modernisation de l’économie soviétique, moderniser l’instrument de travail afin de passer d’une croissance extensive à une croissance intensive.
Acceptation du concept d’économie socialiste de marché

2. M. Gorbatchev et son arrivée au pouvoir : une nouvelle génération de dirigeants

Elu secrétaire général du PCUS le 11 mars 1985 à la mort de C. Tchernenko.

L’Etat retrouve un homme énergique car il a 54 ans et tranche avec la gérontocratie brejnévienne.
Il limoge la vieille garde brejnévienne dès février 86 lors du 27è Congrès. Taux de renouvellement du parti de 85%, car les « purges » continuent jusqu’en 91. Apparaissent des hommes + jeunes qui ont grandi dans l’atmosphère de détente Est-Ouest.

Gorbatchev s’entoure de conseillers : Albakine, Anganbeguian, T. Zaslavskaya…

Enjeux larges : changer le régime d’accumulation du K ainsi que le mode de régulation économique ; libéraliser l’économie et la société des pesanteurs du système stalinien.

1985 : Gorbatchev déclare l’économie en péril et décrète :

  • GLASNOST (transparence) : rendre public ce qui était caché jusque là
  • OUSKORONIE (accélération) : accélération du rythme de développement économique
  • PERESTROÏKA (restructuration) : restructuration de tout l’édifice et du système soviétique

Lire la suite de la fiche « La révolution gorbatchevienne » (2 / 3)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire