Des Amériques au monde

L’Amérique Latine change de modèle sous influence des USA pour une meilleure intégration

A. Les conditions du changement néolibéral
Origines dans les 60s

AL touchée par contestations. 1968 au Mexique, Argentine, Brésil.

Fin 60s contestation par l’Eglise. Théologie de la libération, avec l’évêque rouge de Recife, père Camara.

Brésil : formation des ligas camponiesas. Mouvement des paysans sans terre.

Chili :

  • Allende élu en 1970. Nationalisations, relance keynésienne, politique XT anti US : relat° avec URSS et Cuba. Nationalise concessions de cuivre.
  • 11 sept 1973 : coup d’Etat de Pinochet. Principe du libéralisme total, désengagement de l’Etat, vente des entr publiques, dévaluations.
  • Résultats éco spectaculaires :  niveau de vie.
Le continent d’Amérique Latine paye par l’extension de la pauvreté une gest° trop insouciante de la crise après 74

Août 82 : Mexique se déclare dans l’incapacité de payer son service de la dette.

Hausse considérable de la dette : représente 15% du PIB de l’AL en 1973, contre 30% en 1982, et 47% en 1985.

Décennie 80 = décennie perdue. Pays dvp réduisent envois d’IDE car  des dettes (en 10 ans recul de 1/3 de l’IDE).

1985 : plan Baker. USA incitent communauté internat° à injecter nvx prêts en AL.

1989 : plan Brady. USA engagent garantie de l’Etat par le Trésor US. Mex = 1er bénéficiaire.

Politique d’ouverture des frontières et ajustement libérale à partir de fin 80s.

Baisse dépenses sociales = dégradation conditions de vie et de santé. 1/3 de la pop latino vit en dessous seuil de pauvreté.

Seuils de pauvreté et d’indigence selon l’ONU

Seuil de pauvreté : revenu < 2$ / jour

Seuil d’indigence : revenu < 1$ / jour

Crise des 80s précipite la chute des régimes militaires et évolution vers démocratie.

B. La convergence des nouvelles politiques
Contraintes et consensus : une obligation d’évoluer

Plupart des Etats abandonnent cadre de l’ISI début 80s. Retrait de l’Etat et ouverture commerciale, avec volonté d’offrir sécurité juridique aux K et protection des avoirs.

Baisse dépenses, hausse exportations et baisse importations.

Les nouvelles politiques prennent la forme de 4 actions principales

Privatisations massives au Mexique sous Carlos Salinas. En Argentine privatisation de Aerolinas Argentinas et Entel (télécom). En Bolivie privatisation de COMIBOL (extraction étain). Chili : 96% des entr publiques privatisées.

Baisse dépenses publiques de l’Etat + réformes fiscales : baisse TVA Mex en 1985 ou Argentine 1989.

Lutte contre l’inflation par plans. 1985 plan Austral au Mexique, remplace le Peso. 1986 plan Cruzado au Brésil, remplace le cruzado.

Association régionale : 1991 MERCOSUR avec 4 pays : Brésil, Paraguay, Uruguay, Argentine. Retour intérêt des FMNs pour AL.

C. Un développement incomplet en AL
Les effets des nouvelles stratégies de développement

Pas de décollage industriel. Etat s’est en fait effacé au profit d’hommes d’affaires privés. Dette XT AL augmente.

Programmes de S et techno sont un échec total.

Malaise et déceptions dans la société = tensions sociales accrues ?

Une industrialisation inachevée

Processus de désindustrialisation car pays s’intègrent.

Poids ind tradi reste prépondérant : IAA, textile, activités associées.

Absence de mise en place d’un syst fordiste ind. AL reste dépendante puisque plupart des entr sont sous contrôle étranger.

Quelques exemples :

  • Secteur boissons dominé par Coca et Pepsi, mais marché de la bière existence de firmes nationales aptes à la concurrence mondiale comme Cuauthémoc (Monterrey) ou Bavaria (Colombie).
  • Secteur textile : Rhodia (filiale Rhône Poulenc) au Brésil.
  • Secteur agricole : 3 gdes prod° brésiliennes – soja, maïs, coton – aux gdes firmes : Dupont, Delta & Pine, Monsanto.

Capitalisme national compétitif incarné par groupe André Maggi (soja) au Brésil (marque aussi compromission avec la politique puisque André est gouverneur du Matogrosso…).

Ind lourdes soutenues par Etats. Brésil et Mex seulement figurent parmi les 20 premiers prod mondiaux d’acier [Chine = 1er !]. Sidérurgie mex à Monterrey dès 1903. Fin 70s réunion des activités sid dans gros holding public SIDERMEX. Au Brésil région sidérurgique du Minas Gérais.

Ind chimique soutenue par Etat car retard techno.

Ind auto la + dynamique : jusqu’aux 60s, présence seulement d’ind de montage. Puis dvpt par stratégie du contenu local [1962 : loi de mexicanisation impose au constructeur de créer 60% de la VA auto sur le territoire mex]. Mais ind totalement contrôlée par constructeurs étrangers [15 des 22 premiers constructeurs mondiaux sont présents au Brésil].

Haute techno ds zones franches en Am centrale [45 ZF à St Domingue, et dans les Caraïbes]. Surtout féminin (85% au Salvador).

Le secteur tertiaire : reflet du mal dvpt

SD avec pléthore emplois et multiplication des services informels.

42% de l’emploi au Mex relève du secteur informel. 50% au Brésil !

D. L’incapacité des Etats à diminuer les inégalités
L’AL est le continent le + inégalitaire

Inégalités PIB criantes entre pays :

Mexique = 7500 $/hab

Haïti = 450 $/hab.

USA = 43 700 $/hab

Canada = 32 600 $/hab

Bermudes = archipel le + riche d’Am centrale. Uruguay et Chili ont les + faibles taux d’indigents.

Inégalités à l’intérieur des pays : Etats du N, de la Mexamerica, concentrent essentiel des activités éco. Ecarts de revenus de 1 à 3 dans la ville de Mexico même.

De nouvelles prises de position des Etats d’AL

Sept 2000 : déclaration du Millenium (Millenium Development Goals !). Objectifs pour 2015… éradiquer pauvreté et faim.

Ajd’hui enjeu = solidification démocratie. Mais AL société violente : 25 homicides pour 100 000 hab ( moyenne monde = 8 !).

Lire la suite de la fiche: Des Amériques au monde (2/2)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire