Faut il moins d’Etat pour éviter le déclin ?

Introduction

L’intervention de l’Etat est indissociable à toute activité économique quelle que soit l’époque considérée, ne serait ce que pour assurer la propriété privée et la sécurité des échanges. Ceci étant, l’Etat peut intervenir plus ou moins, selon les objectifs qu’il défend, et les courants idéologiques du moment. Après avoir été fortement présent au sortir de la GM II, l’Etat semble souffrir d’une remise en cause généralisée, fondée par son inefficacité croissante à répondre aux attentes de ses citoyens. Faut il alors moins d’Etat pour éviter le déclin ?

L’intervention massive de l’Etat s’affirme légitimement à partir de la fin du XIXème siècle

A L’Etat peut palier les insuffisances du marché

Il remédie aux défaillance du marché mises en évidence par MARSHALL / PIGOU

  • monopoles naturels
  • fournitures de bien indivisibles
  • internalisation des effets externes par le jeu des taxes / primes
Pour Keynes l’Etat permet d’obtenir une croissance forte et équilibrée

L’Etat joue un rôle essentiel en décidant des politiques budgétaires et monétaires.

  • Schéma ISLM
  • Budget de l’Etat : (constitué à partir de la fiscalité et du vote d’une loi.) soutien l’économie à travers le multiplicateur budgétaire Y=C+I+Dépenses publiques MUSGRAVE : fonction, de répartition (Etat participe dans les collectivités et répond des disfonctionnements)
L’Etat est planificateur et entrepreneur dans les PI
L’Etat est planificateur

Nécessité de l’Etat après deuxième GM pour la reconstruction (cf.Gershenkron et la nécessité de l’Etat dans le phénomène de rattrapage)

Etat planificateur : Plan Monnet en 1947 donne les grandes orientations de la France dans les secteurs de base (objectif de croissance de 5%/an)

Plan sert d’anti hasard. Il a également servi à l’aménagement du territoire.

L’importance de l’Etat entrepreneur

Monopoles naturels pris en charge par l’Etat

Nationalisations (Renault , Air France , Rhône ,SNCF , SG ,CL )

Etat crée des entreprises : Elf , Air inter , BNP , UAP, AGF .

L’Etat est critiqué par de nombreuses théories économiques

L’Etat est critiqué par les classiques et les néoclassiques
Les classiques sont anti Etatistes

Principe du laisser faire laisser passer.
Critique de la fiscalité, des politiques sociales.

L’Etat doit se limiter à ses fonctions régaliennes sinon ça nous conduit à la route de la servitude (Von Hayek )

Celui-ci estime que le marché est plus apte que l’Etat à satisfaire nos besoins.

La critique Marxiste et de l’école de Francfort

Marx estime que l’Etat bourgeois assure la domination à travers un appareil répressif (cf. la commune )
Dans les 60s l’école de Francfort montre que l’école, les nouveaux médias et l’Etat aliènent, établissent des registres de valeur et de comportement.

« L’Etat a deux visages : une pieuvre qui suce le sang de la nation et une corne d’abondance à laquelle on peut tout demander »( Lesourne dans Le modèle français)
L’Etat asphyxie le marché à travers des charges sociales trop coûteuses

« Trop d’impôt tue l’impôt» (courbe de LAFFER), à partir d’un certain niveau d’imposition l’activité économique se trouve découragée (cf. déréglementation aux EU)

Système de protection social trop coûteux.

Les politiques de relances ont été à l’origine de la stagflation

Relecture de la courbe de Phillips par Friedman montrant qu’en final en période de récession, les tentatives de l’Etat pour faire baisser le chômage n’amène que de l’inflation sans que le chômage bouge du taux de chômage naturel.

L’Etat souffre d’une crise d’efficacité menant à son désengagement progressif

Le rôle de l’Etat est remis en cause dans les 80s dans les PIEM et les pays communistes
  • L’effondrement des régimes communistes :déficit démocratique , contradictions de la centralisation
  • Le désengagement de l’Etat dans les PED :Désengagement du au surendettement / A partir de 82 , crise de la dette mexicaine

Hyper-inflation, récession brutale

Conséquences=> moins d’Etat et plus d’orthodoxie budgétaire

La marque forte du libéralisme dans les PI à partir de 79 :
Chocs pétroliers = remise en cause du Keynésianisme et de l’Etat providence.
Arrivée de Thatcher (79), Reagan (81) et Kohl (82)
« L’Etat n’est pas la solution mais le problème » REAGAN
Baisse de l’imposition avec des baisses allant jusqu’à 28% chez Reagan.
« Je déclare la guerre aux syndicats » THATCHER
Résultat: privatisation et politique monétariste, déréglementation

L’Etat a souffert d’une crise d’efficacité
Le caractère général de la crise financière de l’Etat

Hausse des prélèvements obligatoires pour financer la dette publique
Taux de prélèvement de 45%en France, moins de 35% au RU et 30%au EU et Japon.
Prix du travail très cher en France
L’Etat prélève plus et agit moins
Difficulté des entreprises publiques (France télécom et SNCF => fort déficit )

Conclusion

L’Etat s’avère toujours aussi indispensable au travers de son action régulatrice de l’économie, qu’il s’agisse des politiques pro-économique qu’il mène, ou des fonctions régaliennes qu’il assure. Néanmoins, il semble que face à la mondialisation, il s’avère moins performant et incapable d’assurer plus longtemps son rôle hégémonique. Si affirmer la nécessiter de moins d’état peut sembler exagéré, au vue des nouveaux besoins citoyens, on peut raisonnablement affirmer qu’il nous faudrait du « mieux d’Etat ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire