La mesure de la croissance

Qu’est-ce que la croissance ?

Croissance (F. Perroux) : augmentation soutenue pendant une ou plusieurs périodes longues d’un indicateur de dimension, pour une nation, le produit réel

Développement (F. Perroux) : combinaison des changements mentaux et sociaux d’une population qui la rend apte à faire augmenter durablement son produit réel global

Mesure du niveau de développement :

  • IDH ? espérance de vie, PIB par habitant, scolarisation
  • IPH
  • BIP 40

Comment mesurer la croissance ?

Le plus couramment utilisé : PIB
Mesure de la croissance doit se faire en termes réels pour éliminer l’impact de variations des prix : évolution nominale du PIB doit être corrigée par un déflateur de PIB

Les types et formes de croissance économique

Croissance potentielle : tendance à long terme obtenue par la somme du taux de croissance de la population active et du taux de croissance du progrès technique

Croissance effective : taux constaté

Croissance intensive : résulte de gains de productivité

Croissance extensive : résulte de l’accroissement des facteurs mis en production

Croissance équilibrée : investissements dans tous les secteurs et toutes les régions

Croissance déséquilibrée : concentration des investissements sur les secteurs ayant le plus d’effets d’entraînement sur les autres

Les formes de la croissance :

  • Croissance explosive ou exponentielle
  • Croissance amortie (à taux décroissant)
  • Croissance logistique : croissance explosive puis amortie
  • Croissance cyclique

Les limites des indicateurs de la croissance et du développement

Economie souterraine n’apparaît pas dans le calcul du PIB
Précision approximative (marge d’erreur de +/- 0.2% par trimestre)

Limites du PIB :

  • On ne déduit pas du calcul les dépenses ayant servi à réparer un dégât
  • Activité bénévole ne fait pas partie du PIB
  • Travail domestique effectué dans la sphère privée n’est pas pris en compte

Expliquer la croissance

Théories de la croissance Origine de la croissance Traits caractéristiques
A. Smith (1776) Division du travail Croissance illimitée
Ricardo (1817) Réinvestissement productif du surplus Croissance limitée en raison du rendement décroissant des terres
Malthus (1799) Réinvestissement productif du surplus Croissance limitée en raison de la loi de la population
Marx (1867) Accumulation du capital Croissance limitée dans le monde de production capitaliste en raison de la baisse tendancielle du taux de profit
Schumpeter (1911, 1939) Grappes d’innovations Instabilité de la croissance
Modèle postkeynésien
Harrod (1939)
Domar (1946)
Taux de croissance est fonction du rapport entre taux d’épargne et taux d’investissement Instabilité de la croissance
Modèle néoclassique
Solow (1956)
Population et progrès technique exogène Caractère transitoire de la croissance en l’absence de progrès technique
Modèles du club de Rome
Meadows (1972)
Ressources naturelles Croissance finie en raison de l’explosion démographique, de la pollution entreprise de la consommation d’énergie
Théorie de la régulation
Aglietta (1976)
Boyer (1986)
Articulation entre régime de productivité et régime de demande Diversité dans le temps et dans l’espace des types de croissance
Théorie de la croissance endogène
Romer (1986)
Barro (1990)
Lucas (1988)
Capital physique, technologie, capital humain, capital public, intermédiaires financiers Caractère endogène de la croissance, réhabilitation de l’Etat, prise en compte de l’histoire

Faits stylisés de Kaldor : 5 caractéristiques du processus de croissance

  • Croissance continue et relativement régulière de la production, de l’ et de la productivité du travail
  • Croissance continue du stock de capital par travailleur
  • Coefficient de capital ou son inverse (productivité moyenne) relativement stable
  • Taux de profit constant
  • Quasi stabilité de la répartition du revenu national entre travail et capital

Test empiriques de Barro et Sala-i-Martin en 1996 valident ces faits sauf la stabilité du taux de profit

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire