En quoi la mondialisation bouleverse t’elle notre « horizon hexagonal » ?

Définitions

Mondialisation : phénomène qui possède 3 caractéristiques :

  • Internationalisation = développement des flux d’exportation vers l’étranger, et des flux d’importation en provenance de l’étranger
  • Transnationalité = développement des IDE et des implantations à l’étranger
  • Globalisation = développement de réseaux mondiaux d’information

Bouleverse : changement massif (en FR il est perceptible mais difficilement mesurable)

« l’appareil statistique Français a été conçu pour une société industrielle, pas d’information » J.LESOURNE

Horizon Hexagonal : paysage économique et social Français à venir à court terme / à long terme

Introduction

Fin 1945 la France doit se reconstruire. Elle se dote alors d’un modèle qui fera ses beaux jours durant les Trente Glorieuses. Il est centré autours d’un état fort et dirigiste. Ainsi la France des années 1960 deviendra pour J.LESOURNE « une union soviétique qui a réussi ».
Ce modèle est profondément ancré dans la mentalité économique française, au point qu’il sert de cadre aux anticipations économiques régulièrement évoquées. Naturellement il ne tient pas compte, du fait de son âge, des implications du processus de mondialisation en cours. En quoi la mondialisation bouleverse t’elle alors notre « horizon hexagonal » ?

I Notre horizon hexagonal dérive du modèle français des années 1960

Les mentalités FR sont ancrées dans le modèle de 1960 qui repose sur :

Une prédominance de l’état :

  • emploi : emploi garanti de la fonction publique / aide à l’emploi
  • interventionnisme : mise en place de politiques industrielles de reconstruction

Une structure économique d’après guerre :

  • consommation de masse de produits standardisés (automobile…)
  • investissement lourd, peu diversifié (métalurgie, armement,…)
  • dépenses publiques ‘universalistes’ : offrir un service unique, identique pour tous

La France fonde donc ses espoirs sur la préservation du modèle dans les années à venir, même si elle est consciente qu’il recevra des ‘lifting’, accroissant sa structure stratifiée de réformes et amendements.
Ainsi : emploi : hausse des revenus minimum (qui contribue pourtant à exclure du marché du travail les moins qualifiés) / création des emplois AUBRY (payé au SMIC, financés à 80% par l’état, plutôt que de répartir différemment l’assiette) / mise en place des 35h (synthèse de plusieurs réformes du passé – augmentation salaire horaire, réduction temps de travail).

II La mondialisation sape « l’horizon hexagonal » parce qu’elle remet en cause les fondements du modèle français

La mondialisation remet en cause la structure de l’emploi :

  • R.REICH 3 types d’emplois : exposés (soumis à la concurrence des PVD) / protégés (ou de service publique) / compétitifs (dont la technicité fait la force et la protection).

La mondialisation tend à détruire les emplois exposés. La sauvegarde de l’emploi passe donc par la création d’emplois compétitifs. (Cf Théorie du déversement SAUVY)

La société d’information qui accompagne la mondialisation invalide les politiques industrielles : en raison de leur lourdeur administrative elles peinent à ajuster de force Off/Dde. Le marché est bien plus efficace.

La mondialisation atteint l’Etat dans deux de ses prérogatives essentielles.

La Mondialisation impose une nouvelle structure économique :

  • consommation : diversifiée, emprise de la mode, arbitrage entre les produits
  • investissement : importance de l’investissement immatériel + de structure de communication
  • dépenses publiques : relatives à la mise en place de nouvelles technologie dans l’appareil d’état, qui s’ajoutent aux anciennes fonctions de l’Etat.

Conclusion

La mondialisation bouleverse l’horizon hexagonal pour une raison essentielle : la mondialisation impose à une France sous l’emprise d’un modèle d’économie fermée une dynamique d’ouverture, via les 3 processus qui la composent : internationalisation des flux d’échanges, transnationalité des firmes, globalisation. La France en Europe doit faire face aux impératifs d’un marché ouvert et unique de 300 millions d’habitants. Elle ne peut plus éternellement se circonscrire dans un modèle vieux de 40 ans.
A ce titre, il conviendrait de nous interroger sur les solutions permettant l’intégration du modèle hexagonal dans le processus de mondialisation et non l’inverse.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire