La maîtrise de la , grande tradition de l’enseignement français, est une des clés pour réussir les concours d’admission à la fin de la classe préparatoire. Celle-ci est en effet largement présente : , histoire et géographie économiques, analyse économique et historique des sociétés contemporaines mais aussi exercices de rédaction en langues vivantes.

Méthode dissertation: les principes de base


En route pour la dissertation – étape 1 :
Les principes généraux de construction d’une dissertation


La construction générale de la dissertation

Une dissertation se compose de manière générale d’une introduction, d’un développement et d’une conclusion.
Traditionnellement, une dissertation de culture générale ou d’HGE s’articule plutôt autour de trois parties quand celle d’AEH s’organise en deux parties. Cependant, le choix entre deux ou trois parties ne préjuge pas du résultat final et il est préférable d’adopter un plan qui semble cohérent et logique que de s’enfermer dans un nombre de parties prédéterminé.

L’introduction est un élément clé de la dissertation sur lequel il convient d’insister et de s’appliquer. La conclusion, quant à elle, peut être plus brève et doit dans l’idéal offrir une ouverture plus large au sujet traité.

Avant de détailler chacune de ces parties de manière plus détaillée, il convient d’aborder un point qui pose problème à beaucoup de candidats : la longueur de la dissertation. Une dissertation n’est jamais notée au poids… au contraire !
La petite phrase figurant au bas du sujet de certains concours « Il est expressément recommandé de ne pas dépasser 8 pages sauf justification de par la qualité du résultat » se suffit à elle-même : inutile de broder pour faire illusion, mieux vaut briller par son esprit de synthèse et sa précision. Une dissertation comportant entre 6 et 8 pages, rédigée précisément et rigoureusement, répondant au sujet selon un plan adapté, cohérent et abordant tous les points essentiels du sujet peut obtenir une excellente note.

L’introduction

Il s’agit probablement de la partie la plus importante de votre dissertation. En effet, après la lecture de l’introduction, le correcteur peut déjà évaluer les points suivants :

  • La connaissance du sujet par le candidat ;
  • La bonne délimitation du sujet par le candidat ;
  • La pertinence de la problématisation et du plan ;
  • La capacité du candidat à s’exprimer de manière claire ;
  • La maîtrise par le candidat de la syntaxe et de l’orthographe.

Il ne faut donc en aucun cas bâcler l’introduction et il est fortement recommandé de la rédiger au brouillon au préalable. Une introduction doit faire au minimum 1 page. Celle-ci s’organise autour de cinq points :

  • L’accroche : il s’agît d’utiliser un événement précis, une anecdote permettant d’introduire le sujet et les enjeux qui s’y rapportent.
  • Définitions : il s’agît de définir les notions clés présentes dans l’intitulé même du sujet.
  • Raisonnement : à partir des définitions du sujet, ce point permet de faire émerger les enjeux, les questionnements pour au final aboutir à la problématique. C’est la partie centrale de l’introduction qui amène le candidat à proposer sa propre vision du sujet, à la justifier et à problématiser le sujet.
  • Problématique : la problématique doit être explicite et formulée à l’aide d’une question. Il est inutile de chercher une formulation alambiquée. Les questions commençant par « dans quelle mesure » sont parfois (souvent) un bon moyen de poser sa problématique. Il s’agît bien évidemment de la question à laquelle va répondre le développement.
  • Plan : L’introduction se termine par l’annonce du plan et plus précisément par l’annonce des grandes parties du plan. Là encore, l’utilisation de formules « toutes prêtes » peut être très utile.

Le développement

Votre développement doit être progressif, répond à la question et comprend donc 2 à 3 parties, chacune des parties comprenant elle aussi 2 à 3 sous-parties. Chacune des sous-parties va ensuite compter 2 à 3 paragraphes pour illustrer le thème de la sous-partie. Il faut bien respecter la règle : 1 paragraphe = 1 idée.

Ainsi, dans chaque paragraphe, il est conseillé de commencer par exprimer l’idée du paragraphe avec vos propres mots pour ensuite l’illustrer avec un exemple qui peut être la référence à un auteur, la citation de chiffres ou la description d’événements.

Il vous faut ensuite soigner la progression de votre développement pour ne pas perdre votre lecteur en n’hésitant pas à rédiger une courte introduction à chacune de vos grandes parties (permettant notamment l’annonce du plan de la partie), en usant de transitions entre les sous-parties et entre les grandes parties.

Votre développement, pour deux parties, se présenterait donc de la manière suivante :

Partie 1
Introduction à la partie 1 = annonce du plan
Sous-partie 1
Paragraphe 1 : idée + exemple
Paragraphe 2 : idée + exemple
Transition
Sous-partie 2
Paragraphe 1 : idée + exemple
Paragraphe 2 : idée + exemple
Transition
Sous-partie 3
Paragraphe 1 : idée + exemple
Paragraphe 2 : idée + exemple

Transition vers la partie 2 ⇒ quelles réponses a apporté la première partie, quelle question soulève-t-elle ?

Partie 2
Introduction à la partie 2 = annonce du plan
Sous-partie 1
Paragraphe 1 : idée + exemple
Paragraphe 2 : idée + exemple
Transition
Sous-partie 2
Paragraphe 1 : idée + exemple
Paragraphe 2 : idée + exemple
Transition
Sous-partie 3
Paragraphe 1 : idée + exemple
Paragraphe 2 : idée + exemple

La conclusion

Comme son nom l’indique, la conclusion va conclure votre devoir, il faut donc également la soigner. En termes de longueur, une demie-page est suffisante : globalement, il vous est demandé de répondre à la question que vous aviez posée en introduction et d’ouvrir le sujet en mettant en avant les questions qu’amène votre réponse.

3 Commentaires

  1. la dissertation est un sujet qui nous suit partout et dans tous les concours donc ne négliger pas sa technique et maîtriser la bien

  2. Bonjour O.Kouassi,

    Voici ma technique en dissertation,

    La technique pour bien réussir une dissertation est d’abord d’analyser judicieusement chacun des termes employés dans le sujet. Et de ayant trouver les mots clés, de faire pour chacun un map braining au brouillon, ce qui consiste à trouver les liens de chaque mot avec notre société. Cette technique sert entre autre à réussir à trouver des idées, des arguments. Puis ayant trouver des arguments je vous conseille de noter en deux à trois mots pour chaque exemples des arguments (toujours au brouillon).

    J’espère que ça vous aura aider.

Laisser un commentaire