Le sentiment d’être en en classe préparatoire économique et commerciale et l’impression de s’être trompé de voie n’est pas rare. Peu d’étudiants de peuvent se targuer de n’avoir jamais remis leurs choix en cause, de n’avoir jamais eu l’impression que la montagne à gravir pour décrocher l’école de ses rêves était trop haute ! Souvent cette situation n’est que transitoire et l’élève parvient à retrouver la motivation et les ressources nécessaires pour réussir ses concours au bout des deux ans (parfois 3). Cependant, pour certains, ce sentiment s’aggrave au fil du temps, il s’agît finalement plus qu’un sentiment, c’est une réalité, il n’y arrive pas. Plutôt que de s’acharner dans une voie qui ne lui semble pas adapté, l’élève peut alors choisir de se réorienter… sans pour autant abandonner son projet d’ initiale qui était de se diriger vers les débouchés économiques et commerciaux. Cet article a pour objectif de vous présenter les différentes possibilités de réorientation.


preparer-rentree

Réelles difficultés ou simple coup de mou ?

Avant d’envisager une réorientation, il faut être certain que les difficultés, psychologiques ou en termes de résultats sont 1) bien réelles et 2) durables.

Comme je l’expliquais dans un précédent article ( http://www.prepa-hec.org/orientation/differences-
lycee-prepa/
), les notes ont tendance à baisser fortement en classe préparatoire. Avoir des notes en dessous de la moyenne, même si vous n’y étiez pas habitué jusqu’à présent, même si cela ne fait jamais plaisir, ne fait pas de vous un étudiant en difficultés. Il est important de relativiser vos notes en fonction de votre classement, mais également en fonction de votre évolution : les résultats de début de prépa sont encore liés aux acquis de terminale mais très rapidement, ils deviennent liés au travail personnel et à l’acquisition de nouvelles méthodes.

Si vous avez des mauvaises notes et êtes en queue de classe, tout n’est pas non plus désespéré !
Là encore, si la quasi-totalité des promotions intègrent en général un top 5, le fait d’être en fin de classement ne remet pas en cause vos capacités de réussite. Ensuite, demandez-vous d’où proviennent vos difficultés : travaillez-vous suffisamment ? Efficacement ? Avez-vous acquis les méthodes clés de la classe préparatoire : principe de rédaction en maths, méthodologie de la dissertation, de la contraction de texte, de la version et du thème en langues… Parfois, insister sur l’aspect méthodologique peut permettre de se sortir de grandes difficultés !

Enfin, discutez et faites confiance à vos enseignants : ils ont l’expérience nécessaire pour vous comprendre et vous aider. Ils n’hésiteront pas à vous dire s’ils pensent qu’une réorientation est une bonne idée ou non, ils sauront aussi (pour la plupart) avoir une oreille attentive en cas de déprime passagère.

D’un autre côté, votre envie de réorientation ne provient pas forcément (uniquement) de vosrésultats médiocres, le système d’enseignement de la prépa ne vous convient peut-être pas. Dans ce cas, interrogez-vous sur ce qui ne vous plaît pas pour ne pas vous tromper dans votre réorientation : est-ce seulement le système d’enseignement qui ne vous plaît pas ou les matières et les débouchés ?
D’une manière générale, ne vous précipitez pas pour vous réorienter, ne lâchez pas aux premières difficultés, surtout si vous n’avez jamais eu l’habitude d’en rencontrer, la ténacité est aussi une qualité à développer pour réussir professionnellement dans la voie économique et commerciale !

Cependant, après cette courte introduction – qui mériterait d’être approfondie et le sera certainement dans un prochain article – sur les difficultés « rencontrables » en prépa, si vous souhaitez toujours vous réorienter, le tableau ci-dessous devrait vous y aider !

A chaque situation sa solution !

Réorientation en cours ou en fin de première année

Il s’agît de la situation la plus fréquente, et qui n’a absolument rien de dramatique. En général, il vous suffira de passer par APB pour vous réorienter l’année suivante mais d’autres solutions existent également :

Situation Solution
Mauvais résultats en début de 1ère année, inadaptation à la prépa 1) Vous êtes inscrit en fac en parallèle : vous pouvez aller suivre les cours de L1 ;

2) Certaines formations proposent des rentrées décalées en janvier (se renseigner directement auprès des établissements).
Résultats décevants, découragement en première année de prépa mais volonté de rester dans la même filière (économique et commerciale) 1) Démarcher des prépas classées en dessous de sa prépa actuelle ;

2) Changer de voie : via APB, postuler sur des BTS, DUT, licence ou passer les concours d’entrée en école post-bac ;

3) Vous étiez inscrit à la fac en parallèle, possibilité d’entrer directement en L2 ;

4) Si APB clos : démarcher directement les établissements souhaités mais cette procédure est beaucoup plus délicate.
Volonté de changer de filière complètement 1) Passer par la procédure APB ;

2) Suivre les procédures spécifiques aux voies visées ;

3) Si APB clos : démarcher directement les établissements souhaités mais cette procédure est beaucoup plus délicate.
Conseils et remarques :

Toujours s’inscrire en parallèle à l’Université ;

S’inscrire sur APB si vous envisagez, ne serait-ce qu’à 10% de chances, une réorientation ;

Si vous n’avez pas validé tous vos crédits ECTS (60 par an), l’Université d’accueil peut vous demander de repasser certaines épreuves.

Réorientation en cours ou en fin de seconde année

Celle-ci est plus rare et est souvent le fait de problèmes personnels ou de résultats décevants au concours :

Situation Solution
Résultats décevants au concours 1) Cuber dans sa classe préparatoire ;

2) Cuber dans une autre classe préparatoire ;
Il faut dans ce cas impérativement que la mention « autorisé à faire une seconde deuxième année » apparaisse sur votre dernier bulletin de prépa ;

3) Candidater directement auprès des établissements concernés pour intégrer un DUT ou un BTS en deuxième année à la rentrée suivante ;

4) Utiliser vos crédits ECTS pour intégrer une L3.
Volonté de changer de filière complètement C’est beaucoup plus rare qu’en première année mais cela peut tout de même arriver. Dans ce cas, les solutions sont les mêmes qu’en première année. Vous pouvez toutefois tenter de négocier quelques équivalences si vous n’effectuez pas un virage à 180°.

Que faire après avoir décidé de se réorienter en cours d’année ?

Ça y est, c’est décidé, vous vous réorientez ! Seulement, on est au beau milieu de l’année… Que faire jusqu’à la fin de l’année scolaire ? Plusieurs solutions s’offrent à vous, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients. Suivant le type de réorientation (totale ou dans le même domaine) et votre personnalité, c’est à vous de déterminer celle qui vous convient le mieux.

Solution Points positifs Points négatifs
Rester en prépa en travaillant les matières qui vous seront utiles l’année prochaine Garder le rythme de travail

Garder le contact avec le système scolaire

Progresser dans des matières fondamentales pour l’année suivante

Renforcer sa méthodologie de travail

Profiter des khôlles pour progresser à l’oral
Pas toujours facile de se motiver

Vous risquez de lâcher de plus en plus au fur et à mesure de l’année
Intégrer une formation en rentrée décalée Vous ne perdez pas de temps

Vous n’interrompez pas votre scolarité

Si ce nouveau choix ne vous plaît toujours pas, vous pouvez via APB vous réorienter une nouvelle fois en septembre
Il faut prendre la décision de se réorienter suffisamment tôt

Il faut trouver une formation qui vous convient
Partir à l’étranger Vous progressez en langues vivantes

Vous vous forgez une expérience valorisante sur votre CV

Vous gagnez en autonomie

Vous vous créez un réseau à l’étranger
Suivant ce que vous faîtes à l’étranger (travail par exemple), vous perdez le lien avec le système scolaire, se remettre au travail à la rentrée peut être dur.
Travailler Vous gagnez de l’argent

Vous vous forgez une expérience professionnelle

Vous développez votre réseau
Vous perdez le rythme de l’école, dans certaines matières telles que les maths, on perd très vite ses réflexes, se remettre au travail peut être dur à la rentrée

D’un point de vue personnel, je pense que la décision de partir à l’étranger convient très bien pour quelqu’un souhaitant ensuite poursuivre ses études en langues, lettres, droit ou toutes filières où le niveau en langues vivantes et la culture générale sont primordiales. Travailler est une bonne solution pour l’étudiant souhaitant s’orienter ensuite vers des études courtes (BTS / DUT), et ce d’autant plus si cet étudiant trouve un dans le secteur qui l’intéresse (même s’il ne s’agît pas d’un avec le niveau d’études qu’il souhaite ensuite atteindre). Cela lui permettra d’affiner son choix.

Par contre, l’étudiant souhaitant poursuivre des études dans une filière où les matières scientifiques et notamment les mathématiques sont importantes ou dans une filière demandant un fort rythme de travail dès la rentrée (médecine, pharmacie, autre filière de classe préparatoire…), mieux vaut ne pas quitter les études et s’accrocher pour finir son année ou trouver une formation avec une rentrée décalée pour ne pas se trouver décrocher à la rentrée suivante…

Sur le forum

Des informations et un témoignage pour le passage de la classe préparatoire à l’Université : http://www.prepa-hec.org/forum/reorientation-prepa-vers-fac-t16839.html

Des témoignages sur les difficultés que peuvent rencontrer les étudiants de classe préparatoire : http://www.prepa-hec.org/forum/rentree-deuxieme-annee-decouragement-total-reorientation-t23417.html

Une question concernant la réorientation après IPESUP : http://www.prepa-hec.org/forum/reorientation-ipesup-t20436.html

Que faire quand on ne passe pas en seconde année : http://www.prepa-hec.org/forum/quelle-reorientation-apres-une-premiere-annee-t10995.html

Réorientation après un an de prépa : http://www.prepa-hec.org/forum/orientation-apres-1an-prepa-t16353.html

2 Commentaires

  1. bonjour,je suis intéressée par ce sujet, j’aimerais savoir si après une première année de prépa ECS il serait possible de se réorienté vers la filière droit … ou est-ce impossible ?

Laisser un commentaire