Connexion avec un réseau social:

Recherche

La prépa école de commerce

les vraies performances des écoles de commerce: et si vous f

les vraies performances des écoles de commerce: et si vous f

Messagepar GIBERTIE » 13/05/2017 12:14

Le livre humoristique de bandes dessinées de Zeil au titre très provocateur de « Sup de cons » veut rétablir la vérité sur certaines écoles de commerces peu efficaces, qui coûtent cher, et débouchent rarement sur un bon emploi.
Ce livre dénonce, nous voulons le compléter d’indicateurs précis
Des indicateurs objectifs et vérifiables existent-ils ? La presse pourrait-elle partir de ces indicateurs officiels, éviter la manipulation de certains services de com trop zélés ?
Oui ils existent et je ne comprends pas pourquoi la presse leur préfère des indicateurs surréalistes. Les vrais chiffres des écoles de commerce sont validés par les directeurs et sont transmis au Ministère de l’Education Nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ils sont utilisés pour accorder ou non aux écoles le Master. Ils sont centralisés par la commission en charge des accréditations, la CEFDG.
https://www.cefdg.fr/
L’approche n’est pas facile pour le grand public mais je me propose de dévoiler les fiches cachées des écoles. Nous y ajouterons d’excellentes enquêtes objectives menées par les statisticiens de l’Ensai .
Nous serons alors très loin de la grande cuisine des classements et de l’image de la jeunesse dorée pour laquelle tout serait facile

LES ECOLES ET L’EMPLOI/ LES VRAIS CHIFFRES
Juger les écoles sur leur capacité à permettre l’emploi de leurs étudiants ? L’idée ne semble pas mauvaise
Les indicateurs du ministère sont réalistes mais il faut tenir compte de trois situations différentes : l’emploi, le chômage et la poursuite d’étude.
Le total des employés et de ceux qui sont en recherche d’emploi ne fait pas 100%, plusieurs étudiants sont en poursuite d’étude après leur diplôme.

Les poursuites d’étude sont moins nombreuses que l’on pouvait le penser. Elles sont incontournables si un étudiant veut compléter son diplôme par une véritable double compétence en droit ou dans une école d’ingénieur. Tel est le cas dans les parisiennes ou à l’EDHEC mais les chiffres demeurent modestes, tout comme les doubles compétences…
Dans certaines écoles la poursuite d’étude traduit une réalité différente, le besoin de compléter un diplôme jugé insuffisant. On évoque souvent des masters spécialisés dans des écoles plus prestigieuses. Dans les faits cette pratique est peu répandue et la poursuite d’étude se fera après quelques années d’expérience professionnelle. Le diplôme de la Grande Ecole se suffit donc à lui-même dans l’immense majorité des cas .

Les écoles n’assurent pas une protection complète contre le chômage
L’enquête de la CGE nous donne 15%de jeunes diplômés en recherche d’emploi, 80% d’employés et 5% en poursuite d’étude pour l’ensemble des grandes écoles de commerce.
A ma connaissance aucun classement de la presse spécialisée ne prend en compte le taux d’emploi et le taux de recherche d’activité….Je ne comprends pas. Les écarts sont pourtant conséquents entre des écoles qui comptent moins de 5% de chômeurs après le diplôme et celles qui sont à près de 20%.
Qui fait mieux que la moyenne? Les parisiennes, on s’y attendait mais il y a des surprises.
Lyon obtient des résultats remarquables, Audencia, l’Edhec ,Neoma , Kedge tiennent la route. Grenoble (deux fois plus de chômeurs qu’à Audencia)et les chouchoutes des classements déçoivent.
Quelles explications peut-on fournir ?
La notoriété n’explique pas tout, la proximité de Paris, la force du réseau d’anciens font la différence entre Néoma, Telecom et des écoles plus éloignées comme Grenoble ou Montpellier.
La situation du marché local de l’emploi… un indicateur qui n’est jamais pris en compte. Je ne comprends pas pourquoi.
% DIPLOMES EMPLOYES EN CDI UN AN APRES
ESSEC 92
ESCP 82%
EM LYON 76.5
HEC 76 .5
KEDGE 69.5
NEOMA 68
EDHEC 68
AUDENCIA 66
SKEMA 62
Ieseg 62.5
MONTP 55.5
GEM 56%
TBS 53.5
RENNES NC
LES ECOLES QUI ONT LE MOINS DE DIPLOMES EN RECHERCHE D’EMPLOI UN AN APRES LA SORTIE
HEC 3.3%
ESCP 7%
ESSEC 2%
AUDENCIA 9%
KEDGE 9
Lyon 11%
TBS 11%
EDHEC 12%
NEOMA 13%
IESEG 14%
SKEMA 15%
——-moyenne des écoles de la CGE———-
GEM 18%
MONTP 21
RENNES NC
Les écarts sont conséquents entre une école qui ne compte que 2% de ses jeunes diplômés et d’autres où ils sont 20%
– Un groupe d’écoles pour lesquelles l’insertion ne pose aucun problème (plus des ¾ de cdi et moins de 10% de recherche d’emploi : ESSEC/HEC/ESCP/ EM LYON
– Un groupe d’école assurant bien l’insertion (plus des 2/3 de CDI et moins de 15% de recherche d’emploi EDHEC/AUDENCIA/NEOMA /KEDGE
– Un groupe d’école répondant à un des deux critères ci-dessus : SKEMA/IESEG/TBS
La situation est plus décevante pour les autres écoles.
Cette année, la nouvelle attention portée à l’apprentissage révèle que 13 % de la population des diplômés est concernée et considère cette pratique pédagogique de nos programmes comme particulièrement adaptée pour garantir la meilleure insertion dans le monde professionnel.
Le stage de fin d’études est la principale porte d’entrée vers l’emploi, particulièrement pour les ingénieurs (un tiers d’entre eux a décroché son emploi par ce moyen). Les stages effectués durant leur année de césure ont permis à près de 6 % des managers d’obtenir leur premier emploi ; ce moyen reste marginal pour les ingénieurs (1,6 %). Par ailleurs, 5,2 % des nouveaux ingénieurs et 6,4 % des nouveaux managers ont été embauchés à l’issue de leur apprentissage. L’addition de ces trois moyens concourt à près de 40 % des recrutements.
Le second moyen utilisé par les diplômés pour trouver leur emploi est la navigation sur les sites internet spécialisés dans l’emploi, principalement l’APEC. Si on y ajoute les sites Internet d’entreprises, un emploi sur cinq y trouve son origine. On peut aussi noter la progression de l’utilisation des réseaux sociaux professionnels dans la recherche d’un emploi : + un point entre 2015 et 2016, pour les ingénieurs comme pour les managers. Les relations personnelles interviennent dans 10 % des embauches, plus fréquemment chez les managers. Les candidatures spontanées ont permis à plus de 8 % des diplômés des grandes écoles de décrocher leur emploi.

Les vrais chiffres de l’apprentissage en école de commerce
Pour le ministère l’alternance et particulièrement ‘apprentissage doivent jouer un rôle important, les classements retiennent tous ce critère mais s’emmêlent les pinceaux dans des chiffres fantaisistes.
Comparez avec les vrais chiffres….
La pratique de contrats de professionnalisation complète les contrats d’apprentissage mais le questionnaire du ministère ne porte pas sur ce type d’alternance. Pour en savoir plus il faut se tourner vers les sites des écoles. Nous l’avons fait et nous avons pu constater que certaines écoles peu portées sur l’apprentissage ont signé des accords avec ADDECO. La hiérarchie n’en sera pas modifiée pour autant car l’alternance est complexe à mettre en œuvre, il faut adapter les emplois du temps.
Montpellier a fait le choix de donner la priorité à l’alternance. Un groupe d’école mené par l’Essec, Neoma, Skema , l’Edhec ,offre de belles possibilités.
Les autres écoles ont fait d’autre choix tout autant respectables
% d’apprentis déclarés au ministère
MONTPELLIER 842/2377 35.5%
ESSEC 358/2842 12 .5%
NEOMA 522/5534 9.8
SKEMA 424/4356 9.8
EDHEC 236/3471 6.8
RENNES 128/2235 5.7
KEDGE 302/5884 5.1
ESCP 142/2932 4.8
TBS 94/2500 4
GEM 113/3076 3.7%
AUDENCIA 42/2392 2%
IESEG 119/3932 2.5
EM LYON 26/2993 1%
HEC 0

Quelles sont les écoles qui apportent une véritable valeur ajoutée ?
Très grande et mauvaise surprise : il y a un monde entre les effets d’annonce et la réalité. Les grandes écoles nous disent intégrer plus de 30% de boursiers et elles en déclarent deux fois moins au ministère pour leur PGE.
Les chiffres sont plus modestes car il n’est pas évident de recruter des boursiers et de pratiquer des frais de scolarité élevés ….
Les écoles les plus ouvertes socialement sont Montpellier, Telecom Kedgeet TBS . Les deux premières ont su jouer la carte de l’apprentissage, Les deux autres recrutent en prépa et en Bts .
Un deuxième groupe d’écoles comprend entre 15 et 20% de boursiers : SKEMA/NEOMA/GRENOBLE ;
Puis vient le gros du peloton, L’IESEG école pst bac est de très loin la moins ouverte avec seulement 6% de boursiers.

Le recrutement serait-il responsable ? Les boursiers sont nombreux en CPGE (28%) , en Bts , IUTou à l’Université , mais si les écoles recrutent massivement en bachelor, alors le nombre de boursiers se réduit . A titre d’exemple le pourcentage de boursiers dans les bachelors de Kedge est de trois points inférieur à celui du PGE.
On découvre à Neoma que le recrutement hors prépa a un taux de boursiers inférieur de 6 points à celui sur classes préparatoires.
Sachez enfin que les écoles post bac sont peu ouvertes à la diversité sociale : 10% de boursiers à l’ISG, 12% à l’Ipag ou à PSB
Ouverture sociale et boursiers
Montpellier 32%
TELECOM 31%
KEDGE 27%
TBS 20.6%
SKEMA 18%
NEOMA 16.7%
GEM 16%
ESCP 14%
EM 14%
AUDENCIA 13%
EDHEC 13%
RENNES 12.5
HEC 10%
ESSEC 9%
IESEG 6%

LES ECOLES QUI RECRUTENT EN PREPA ET LES AUTRES

Il y a quelques années les écoles les plus prestigieuses recrutaient sur CPGE et pour les recruteurs un diplômé de l’Essec ou de Hec étaient nécessairement un préparationnaire.
Nous vivons un véritable chamboulement qui peut avoir des conséquences à moyen terme. Pour répondre à leurs besoins les écoles cherchent d’autres viviers de recrutement.
Pour le programme grande école quatre écoles demeurent fidèles aux prépas :TBS/ Audencia / Neoma/Hec/ .
Un deuxième groupe comprend des écoles qui recrutent encore de manière significative en CPGE /Lyon / l’Essec /l’EDHEC / Grenoble .
A Kedge ou à l ‘ESCP 6 étudiants sur 10 du pge ne viennent pas de prépa

% DU PROGRAMME GRANDE ECOLE RECRUTE EN CPGE
TBS 57%
AUDENCIA 56%
NEOMA 54%
HEC 54%
EM LYON 49%
ESSEC 49 %
EDHEC 47%
SKEMA 47
GEM 45%
KEDGE 41%
TELECOM 40%
RENNES 41%
ESCP 37.8
MONTPE 26%
IESEG 0

La puissance de l’école
Nous retiendrons comme indicateur le budget annuel du groupe tel qu’il est transmis au ministère ; le diviser par le nombre d’étudiants n’aurait pas grand sens car les formations sont très différentes (rien de comparable entre un BTS en alternance et un MBA).
Le budget d’une Institution traduit la capacité d’action d’une école mais il faut l’interpréter avec prudence, les gros budgets sont aussi la conséquence de gros effectifs et de scolarités élevées. La recherche de la taille critique explique aussi le changement récent de stratégie de l’Escp ainsi que plusieurs fusions.
HEC 115
ESSEC 107
KEDGE 95
ESCP 82
NEOMA 77
EM 68
SKEMA 72M
GEM 55.7
TBS 51
IESEG 45
AUDENCIA 40
RENNES 32
MONTPELLIER 29
TELECOM 18sup_de_cons_texte_au_15032017_page_42.jpg_-_visionneuse_de_photos_windows

Le POTENTIEL DE RECHERCHE
La FNEGE a eu pour mission, à l’origine, de développer en France l’enseignement supérieur de gestion pour le porter à un niveau comparable à celui des grands pays industrialisés.
Les programmes qu’elle a alors financés ont permis, dans un premier temps, la formation d’un corps professoral de gestion de haut niveau. Dans un second temps, la FNEGE a favorisé le développement de la recherche en gestion (formations doctorales, associations académiques, publications, notamment la Revue Française de Gestion).
Ces dernières années, la FNEGE a beaucoup contribué à l’internationalisation des établissements français de gestion, soit en aidant à la délocalisation de programmes, soit en facilitant des partenariats avec des établissements étrangers.
La FNEGE étudie et prime travaux de recherche, études de cas et innovation pédagogique .la consultation de la liste des lauréats ne manque pas d’intérêt :
Jean-Luc CASTRO, Mohamed MERDJI et Mickaël NAULLEAU AUDENCIA
Grégory BRESSOLLES, Yves ESTRADE et Pierre MORA KEDGE Business School
Géraldine GALINDO et Nathalie CLARET ESCP Europe
Isabelle DUCASSY et Philippe GIVRY KEDGE Business School
Marie-Josephe Rigobert, Souad Brinette, et Amine Chelly, Professeurs à EDC Business School
Catherine Leblanc et Benjamin Morisse ESSCA d’Angers
Yannicke Heuberger et Céline Davesne, NEOMA Business School
Eric PERSAIS, Groupe Sup de Co La Rochelle,
Amine CHELLY, Mathieu CHAUVET et Jean-Yves EGLEM, EDC Paris,
Alain ROUX, Sylvie CARTOUX-ROYET et Gilles CERTHOUX AUDENCIA
Mmes Anne QUEFFELEC et Marie-Noëlle RIMAUD sde co la Rochelle
Madame Catherine PUTHOD (Université de Savoie – IUT Annecy)
Monsieur Paul LAPOULE (Advancia-Negocia)
Jean-Luc CASTRO, Mohamed MERDJI et Mickaël NAULLEAU Audencia
Mme Karine LE RUDULIER de l’IGR-IAE de l’Université de Rennes 1.
M. Claude ANANOU d’HEC Montréal
Gilbert BABIN , Pierre -Majorique LEGER et Jacques ROBERT HEC Montréal
Henri ISAAC , Valérie RENAUDIN, Jean-Marc AYME et Nathalie INNOCENTI Université Paris Dauphine
Madame Latifa HORR (enseignante-chercheure à l’Université Mohamed V- Rabat Souissi – Maroc).
En dehors de l’ESCP le top 5 habituel ne brille pas particulièrement, belle performance de Audencia ,on trouve également des professeurs de Kedge et Neoma.

Pour obtenir le droit de délivrer le grade de master l’école doit démonter la force de la recherche. La CEFDG interpelle donc les directeurs d’école.
Sont comptabilisés pour le ministère les articles publiés dans les revues scientifiques, les ouvrages les études de cas …Plus important sans doute le nombre de professeurs HDR, le plus haut grade pour les enseignants chercheurs, sans eux pas de recherche possible dans une faculté.
Kedge 152
Escp 133
Hec 122
EM L 120
Essec 118
Neoma 115
Edhec 95
Ieseg 95
Skema 89
Gem 78
AudencIa 66
Tbs 63
Rennes 46
PROFESSEURS DOCTEURS habilités à diriger la recherche HDR
ESCP 48
Hec 24
GEM 21
Essec 18
SKEMA 18
Audencia 12
ESSEC 12
TBS 16
Ieseg 15
LYON 11
Neoma 11
EDHEC 4
RENNES 1
Un premier groupe d’école se détache avec Kedge , l’ESCP,HEC ;
Un deuxième groupe comprend l’EM, Gem, SKEMA, TBS NEOMA (qui revient de très loin) et l’IESEG
Nous sommes surpris par la situation de l’Edhec et de Rennes .
Il est bien difficile d’établir un rapport entre les déclarations officielles des écoles et les points attribués par la presse.
La préparation à l’international
Deux informations essentielles sont fournies, par les directeurs d’école, à la commission pour obtenir le droit délivrer le grade de master.
LES ETABLISSEMENTS PARTENAIRES
RENNES 235
AUDENCIA 211
NEOMA 199
KEDGE 152
EDHEC 140
EM 125
GEM 115
ESCP 112
TBS 98
SKEMA 98
Essec 94
HEC 89
LE NOMBRE D’ACCORDS DE DOUBLE DIPLOMES
IESEG 45
ESCP 36
AUDENCIA 27
GEM 22
TBS 22
EDHEC 20
NEOMA 15
KEDGE 15
SKEMA 14
RENNES 14
Essec 12
HEC 12
EM 6
La prise en compte de ces indicateurs est sans doute moins probante que les précédents car les partenaires ne se valent pas .Pour Hec la qualitatif l’emporte sur le quantitatif. Une école se détache de toutes les autres : l’ESCP.

Conclusion de la deuxième partie

Derrière le brouillard j’entrevois la solidité de belles institutions.
Difficile de présenter toutes les écoles et certains seront surpris.
Bien des écoles non citées sont de grande qualité mais je conseillerai aux étudiants de leur préférer s’ils sont admis celles des groupes ci-dessous :
– Hec
– Essec /Escp/Dauphine
– Edhec / EM Lyon / IEP Paris
– Audencia /GEM/ Neoma / iae Paris
– Skema /TBS/Kedge /Ieseg / Iae AIX
– Rennes /Montpellier /Telecom /Essca/iPAG
Pour tenter de légitimer mes choix, je tiens à insister sur des critères objectifs que représentent :
– L’insertion professionnelle et l’emploi
-La méthode LINKEDIN et les carrières des anciens
– La proximité de Paris pour les stages
– Le recrutement sélectif est important pour les employeurs : En 2016 Audencia, Gem sont à plus de 11/20 pour leur barre d’admissibilité, Tbs et Neoma sont à 10,5. A l’écrit au moins un candidat sur deux est éliminé.
– Un recrutement à majorité admission sur CPGE .Le modèle français de la grande école a pour socle l’excellence des CPGE et pour prolongement une formation indissociable de l’entreprise. J’ai voulu vous aider à retrouver les qualités de ce modèle et les institutions qui le font vivre. Je ne parle donc que de ce que je connais.
Il existe d’autres modèles, d’autres écoles… Evitons de nous perdre dans le brouillard.
Certains ne manqueront pas de souligner que la hiérarchie des groupes est la même qu’il y a dix ans ; et alors ? Tout ce marketing pour rien ? Sans doute….
SOUCIEUX de vous informer je vous offre la version pdf gratuite de mon petit guide à télécharger
https://pgibertie.com/2017/04/08/le-gui ... ra-jamais/

vous pouvez également le télécharger sur DROPBOX
https://www.dropbox.com/s/2ckn1ujx5szx1 ... 9.pdf?dl=0
GIBERTIE
Junior
 
Messages: 141
Enregistré le: 16/06/2010 22:52
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés

Re: les vraies performances des écoles de commerce: et si vo

Messagepar Libertas » 14/05/2017 11:01

Merci pour ces quelques informations, très intéressantes notamment en ce qui concerne l'insertion professionnelle.

Concernant votre classement de écoles, quelques points sont pour moi source d'interrogations :
-le fait que Dauphine soit au même rang que l'Essec et l'ESCP, et donc devant l'EML et l'Edhec ; je ne suis qu'un étudiant en cpge aux connaissances du marché du travail très limitées, mais il me semblait qu'une telle équivalence n'était valable que pour les masters les plus célèbres de Dauphine, lesquels sont aussi les plus sélectifs ;
-la place de Sciences Po Paris, classé derrière Dauphine et à égalité avec EML et Edhec : ne faudrait-il pas plutôt faire une distinction selon les secteurs d'activité ? Je crois avoir lu que Sciences Po permet un meilleur accès à certaines filières élitistes, ce qui rendrait l'établissement comparable aux trois parisiennes (dans le secteur public, je pense même qu'il dispose d'un avantage).

J'aimerais avoir votre avis ainsi que celui d'autres personnes sur ces questions. ;)
Libertas
Junior
 
Messages: 118
Enregistré le: 04/03/2014 23:23
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés

Re: les vraies performances des écoles de commerce: et si vo

Messagepar GIBERTIE » 14/05/2017 17:14

je ne parle que des masters2 de Dauphine, tous sélectifs Pour l'iep c est plus complexe. Vous pouvez télécharger l'étude TOUT CE QUE VOUS AURIEZ VOULU SAVOIR SUR LES ECOLES DE COMMERCE
https://pgibertie.files.wordpress.com/2 ... on-pdf.pdf
GIBERTIE
Junior
 
Messages: 141
Enregistré le: 16/06/2010 22:52
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés

Re: les vraies performances des écoles de commerce: et si vo

Messagepar gengis k » 18/05/2017 09:58

Merci pour tous ces commentaires. Quatre reactions si vous me permettez.

1) votre approche est focalisee sur la France et je me demande dans quelle mesure l'ouverture croissante sur le recrutement et le placement internationaux en reduisent la portee. Le PGE peut-il encore etre analyse tout seul comme il y a 30 ans quand il representait plus de 90% des effectifs, contre moins de 50% aujourd'hui, et avec quantite de passerelles? Le traditionnel choix ESSEC-ESCP est aujourd'hui fausse par la multitude d'alternatives tres plausibles, de Bocconi a Judge pour rester dans une optique regionale.

2) Il me semble qu'il y manque un element majeur: le choix des entreprises. Difficile a evaluer au dela des recruteurs les plus selectifs mais on peut reconnaitre le succes des anciens, par exemple compter le nombre de CEOs ou top executives. HEC l'emporte haut la main. Les contributions des entreprises (souvent influencees par les anciens) aux fondations vont aussi devenir un critere decisif. Il y a du chemin jusqu'aux 40 milliards de $ accumules par Harvard mais les britanniques ont montre qu'on pouvait viser le milliard - on en est tres loin en France.

3) Le critere de proportion de CDI me semble depasse. Quid par exemple des entrepreneurs et des independants de plus en plus nombreux, meme en France?

4) vous ne mentionnez pas le budget de l'EDHEC, 121 millions en 2016 d'apres Wikipedia, ce qui m'amene a questionner les chiffres que vous montrez pour les autres ecoles: de quelle annee s'agit-il?
gengis k
Regular
 
Messages: 245
Enregistré le: 08/07/2004 19:16
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés
Vault group

Re: les vraies performances des écoles de commerce: et si vo

Messagepar BenjaN » 18/05/2017 18:27

Intéressant.
Concernant l'indicateur CDI, la proportion des étudiants ayant répondu à l'enquête est aussi à considérer.

Pour Audencia, le pourcentage de réponse est de 100% (rub. 20.4), 86% de ceux-ci sont en situation d'emploi (rub 20.5) et 77% de ceux-ci en CDI. Dire que 88x77% soit 66.2% des diplômés sont en CDI est donc vrai.

Pour EML, 86% de ceux qui ont répondu sont en situation d'emploi et 89% de ceux-ci en CDI. Avancer que 86*89% des diplômés, soit 76.5%, sont en CDI est un peu rapide si on considère que seuls 86% des diplômés ont répondu à l'enquête.

Quant à TBS, 85% de ceux qui ont répondu sont en situation d'emploi et 63% d'entre eux en CDI. Mais 58.3% seulement des diplômés ont répondu, il y a un problème d'exhaustivité.

Mêmes remarques pour GEM, 74% de ceux qui ont répondu sont en situation d'emploi et 76% de ceux-ci en CDI. Mais seulement 65% de réponses à l'enquête.
BenjaN
Intern
 
Messages: 70
Enregistré le: 20/01/2012 15:11
Groupe(s):
Utilisateurs enregistrés


Index du forum Ecoles de Commerce, MBAs, MS, MSc, Business Schools et autres formations Ecoles Supérieures de Commerce, Gestion et Management

Articles en relation: les vraies performances des écoles de commerce: et si vous f

  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


SUP ETUDES: prepa-HEC.org Admission-Parallele.org coach-entretien.com livre.prepa-hec.org Finance-HQ livres prepa