ESCP Europe : bien mais…

Difficile de faire plus plat comme titre pour cet article. Et pourtant, il reflète plutôt bien ma journée passée à l’ Europe en fin de semaine dernière. L’ m’aura laissé une impression contrastée : autant l’école fait rêver de part les cursus qu’elle propose, autant l’ambiance n’a pas été celle que j’espérais (bien que globalement bonne).

Je m’explique. Peut-être est-ce dû à la forte tension dans l’air mais les autres candidats ont véritablement multiplié les regards « agressifs ». Et l’accueil du BDE a été loin d’être parfait : pour donner un exemple, leur membre qui nous a fait visiter le couloir des associations ne les connaissait pas toutes. Et son « humour » devant la porte de l’association « Communauté Catholique » m’a semblé déplacé (bien que la religion ne soit pas particulièrement ma tasse de thé).

Enfin bon, ne discréditons pas non plus tout l’accueil de l’, dans l’ensemble il a tout de même été positif : salle de relaxation, film des admissibles très drôle et bien monté, admisseurs relativement disponibles, un système de parrainage en cas d’intégration qui s’annonce très sympathique et pratique.

Pour le reste, ma journée à l’ESCP Europe s’est plutôt bien passée. Après une arrivée pratique, à à peine vingt mètres de la station de la métro, un petit déjeuner nous est offert ainsi qu’une (belle) sacoche estampillée ESCP ainsi qu’un mug et les traditionnels stylos, calepins, plaquettes et tee-shirts.

Commencent alors les fameux . En ce qui me concerne, j’ai commencé avec l’anglais, un texte classique sur l’alcoolisme et la réforme avortée de Sir Liam Donaldson, c’est-à-dire quasiment le même article que celui de l’Edhec… Des interrogateurs agréables, souriants, ouverts. La journée commence bien !

Vient ensuite l’analyse économique et historique. Une épreuve plus complexe, qui enchaîne très rapidement (si bien que j’ai failli être en retard). Sujet : « Du GATT à l’OMC : continuités et ruptures ». Un sujet classique mais qui suppose, semble-t’il, une forte exigeance tant les questions suivant mon exposé se sont enchaînées, de plus en plus complexes pour se terminer sur « Pouvez-vous me donner les différents cycles du GATT et m’expliquer leur contenu principal ? »… Sachant qu’il y en a 9, que j’en connaissais plus ou moins deux, j’ai préféré faire preuve d’honnêteté et le reconnaître. Finalement, une seule question de micro-économie, portant sur la politique commerciale stratégique et le duopole Airbus-Boeing, pour me demander de quelle logique relève les actions des deux entreprises. Manifestement, il s’agissait de la théorie des jeux, une réponse dont je me suis approché en mentionnant le nom de John Nash.

Puis, après trois (longues) heures de pause, je passe l’italien et un texte sur la faiblesse du pouvoir d’achat des salariés dans ce pays. Plutôt satisfaisant vu mon niveau très moyen dans cette matière (comme le montre mon article suivant sur l’EM Lyon).

Et finalement, reste l’entretien. L’accueil est plutôt chaleureux. Face à moi, un professeur d’éthique dans l’entreprise, une salariée d’Orange et un ancien étudiant de l’ESCP, promo 1963. Après ma présentation, vient un ensemble de questions variées, souvent orientées vers la question de l’international. J’ai eu droit à la fameuse question en anglais (« Do you practice a sport ? »), plus surprenante que déstabilisante. Cette épreuve m’aura laissé une bonne image de l’école.

Pour conclure, et malgré quelques bémols, l’école donne tout de même en vie d’intégrer, son aspect international est très séduisant et l’ambiance entre élèves ne doit pas forcément être celle qui a pu se manifester entre admissibles. Un bilan donc plutôt plaisant qui me fait placer l’ESCP en première place de mes priorités. Cela dit, je n’ai pas encore passé HEC et l’Essec (mis à part les tests psychotechniques dont je parlerai plus tard). L’ESCP Europe donne envie d’y revenir !

A propos prepa-HEC.org 194 Articles
Créé en 1999, prepa-HEC.org est le site indépendant de référence sur les études supérieures de commerce en France: classes prépas, admissions parallèles, écoles de commerce

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire