Toujours plus haut, toujours plus Audencia !

Pour ce dernier reportage du JdO, Le Chat part à la conquête de l’Ouest, à , sur les terres du sieur Mahuf…

Mercredi 6 juillet 2006

J’aurais passé la quasi-totalité de cette journée dans le train, d’une part pour aller jusqu’à Nice en Corail de nuit, Corail où je me suis retrouvé dans le même compartiment que mon prof d’anglais de 6ème, sa femme et son fils -sic- et où j’ai pu discuter avec un candidat Edhec avec qui on a parlé de foot et de -HEC.org ^^). Ensuite pour revenir sur Paris et prendre ma correspondance pour . C’est donc à 23h que je débarque à , après deux petites heures dans le dernier TGV Paris- de la journée (que j’ai failli rater d’ailleurs), je sors côté Gare Sud. Dehors, y a pas grand chose à voir, tout est noir et les boutiques sont fermées, normal vu l’heure. L’admisseuse chargée de nous accueillir arrive, pas très fraîche et nous non plus d’ailleurs. Une fois les présentations faites (on est trois admissibles ce soir-là), on prend place dans la navette et on va assez vite se coucher.

Jeudi 7 juillet 2006

6h40 et des poussières. Réveil, douche, toilette etc. Je revêts ma tenue de salary-man pour la dernière fois de la saison et m’engouffre vers la navette qui file vers Audencia. À mon arrivée, il commence déjà à y avoir de la queue au vestiaire, on y retrouve tous ceux qui ont passé la nuit au B&B et qui ont dû faire une arrivée groupée en tram (j’imagine l’ambiance).

7h30. Le pti déj pour tout le monde, et c’est plutôt garni : viennoiseries, tartines, nutella, jus divers, thé, café, le tout labellisé équitable ! C’est parti ensuite pour une série d’allers-retours entre le Foyer au rez-de-jardin et le hall au rez-de-chaussée. Un, pour émarger sur la liste, prendre sa feuille de présence et recevoir le petit cadeau (une sacoche et un T-shirt bleu sombre Audencia plutôt sympa + guide de la ville et guide de l’école). Deux, pour aller assister au super amphi de l’administration dont je ne me souviens absolument pas d’ailleurs, à part qu’il parlait du sens du management. Le troisième AR sera pour tout à l’heure.

8h plus ou moins epsilon. Les horaires tombent, je n’aurais pas à passer en premier cette fois-ci. Enfin si quand même, je passe en premier pour le chinois. Un admisseur nous accompagne ensuite vers la salle de préparation. Trente minutes de préparation (contre 20 pour les autres langues) avec dictionnaire bilingue, les autres candidats me regardent avec mon imposant dictionnaire comme si c’était du vol, et c’est du vol ! Le texte est plutôt classique (pas très récent non plus), il porte sur le développement du tourisme intérieur en Chine. L’entretien se passe dans la médiathèque, et c’est accompagné de mon admisseur que je défile devant tous les autres candidats qui passent l’allemand, l’espagnol, l’italien chacun dans un box et enfin je me retrouve face à mon jury. Mais avant petite bras de fer avec la porte qui ne veut pas se fermer, et zut tant pis je capitule. L’épreuve qui s’en suit est plutôt space (l’examinatrice surtout, mais personne ne saura vraiment comment décrire sa space-cificité), mais je ressors de l’épreuve serein et conforté. Je retrouve d’ailleurs des admissibles que j’ai croisé à Rouen, Grenoble, Lyon et d’autres personnes avec qui je prends le temps de discuter volontiers. Le temps de poser pour une photo souvenir proposée par le BDE…

11h. Anglais. Deuxième oral de cette matinée. Un texte du NYT sur les projets anti-terroristes secrets du gouvernement Bush avec la rhétorique engagée habituelle de l’éditorialiste qui s’érige contre les volontés liberticides des faucons vraiment cons, of course. L’examinateur – à l’embonpoint conséquent, chemise blanche, cravate du métro londonien mal nouée – me remercie de passer sur un texte de LV1, vu qu’il n’a eu que des LV2 pendant toute la matinée. Il essaie de me faire parler sur Mitterrand et les habitudes facheuses qu’ont les journalistes à pouvoir accéder à des documents secrets, inaccessibles, inédits… alors que j’étais parti sur les restructurations à la CIA bref… petit téléscopage.

13h, heure du lunch. Mais avant de déjeuner petit détour par l’amphi BDE, film plutôt sympathique même s’il était un peu long, ensuite pour 2,70€, on vous propose un repas complet et chaud au RU à deux pas d’Audencia, rien à redire si ce n’est qu’on ne voit tous les admissibles d’un coup et que c’est assez impressionnant. Au menu, diverses choses : entrées diverses ou salade à composer soit même, steak, poisson, poulet, fruits, légumes, laitages… le choix est plus que large. Je fais l’impasse sur les frites dont j’ai pu constater qu’elles avaient le même goût à Reims, à Grenoble, à Lyon… et dans toutes les ESC de France, disons que c’est un peu lassant à force de se voir proposer des frites un repas sur deux pendant les .

Retour ensuite vers Audencia où on nous propose un Mr. Freeze, par la chaleur qu’il fait ce jour-là j’arrive avec plaisir, mais bon ça reste de l’eau aromatisée, faudrait pas en faire tout un plat non plus. Et je continue à discuter avec des admissibles, vu qu’il n’y a pas grand chose à lire dans la presse, et que je n’aurai pas le temps de faire les visites de la ville organisée par le BDE.

15h. Olé, les résultats d’ESCP arrivent, c’est pas vraiment la ruée vers les ordinateurs, mais y a sporadiquement quelques cris de joie. Les admisseurs se préparent à recenser les gens qui ne passeraient plus les oraux. De mon côté, je prépare à passer en entretien. Une fois passé à nouveau dans les escaliers grisâtres et mal éclairés d’Audencia, je me retrouve devant la salle de préparation. Les deux admisseuses improvisent une petite animation et un petit jeu de questions/réponses en attendant de tirer notre sujet. C’était marrant et inattendu.

Au bout de quelques minutes d’attente, on entre enfin en salle de préparation, comme d’habitude un sujet et une citation tirés au sort. Je tombe sur « le risque » (et j’ai oublié l’intitulé de la citation). L’entretien est ensuite un entretien de personnalité des plus classiques. Je sors de la salle presque heureux, avec l’envie de crier « c’est fini » !!! Mais bon, je vais plutôt me changer et prendre une douche (Audencia est la seule école à proposer une douche en fin de journée). Ça fait plutôt du bien. C’est l’occasion aussi d’enfiler mon T-shirt « prépa-HEC.org » pour faire un peu de publicité avant de partir pour une visite de la ville par Mahuf en personne… et de rejoindre la gare pour prendre mon train.

Et c’est ainsi que s’achève la saison 2006 du Journal des Oraux, j’espère qu’il vous aura apporté des informations utiles et intéressantes. N’hésitez pas à faire des critiques et des remarques (on peut avoir oublié des éléments importants). Bon courage à tous et merci de nous avoir été fidèles !

Infos pratiques

Train depuis Paris : environ 55€ avec la carte 12-25

Pti déj : offert

Midi : 2,70€ (RU) à moins que vous ne vous aventuriez en centre-ville

Soir : 10€ (dans un restau choisi par le BDE)

Hébergement : 9€ chez l’étudiant, 12€ à l’hôtel (B&B)

Point d’accès web, vestiaires garçons et filles avec douche, coin repassage.

Boissons et rafraîchissements disponibles toute la journée au Foyer, un apéro est servi en fin de journée.

Portail des assoces d’Audencia : www.audencia.org / Forum des étudiants d’Audencia : www.lfdp.net

Lieux de pélerinage

Tout le centre-ville, ses places (Commerce, Graslin, Royale), ses bâtiments à l’architecture très « armateur », le Château des Ducs de Bretagne, les bords de l’Erdre

A propos prepa-HEC.org 194 Articles
Créé en 1999, prepa-HEC.org est le site indépendant de référence sur les études supérieures de commerce en France: classes prépas, admissions parallèles, écoles de commerce

2 Commentaires

  1. Salut Le Chat,

    L’intitulé de ton sujet-citation à Audencia, ce n’était pas "Plus on connaît, plus on aime" de Léonard de Vinci ? Parce que moi j’avais également à choisir entre cette citation et "le risque".
    Bravo en tout cas d’avoir eu cette école !

    Aèfe 🙂

Laisser un commentaire