Bides en folie

Si vous ne savez pas ce qu’est un bide, laissez moi vous initiez au travers d’exemples très concrets : les miens ! et quelques autres …

Tout commence un lundi 21 Juin, fête de la musique. Je mets mon tailleur et mes chaussures en fredonnant : « ce matin, je serai la plus belle pour aller en amphi… » (parodie de : « ce soir je serai la plus belle pour aller danser » évidemment)

Seulement, je n’avais pas prévu que j’allais trébucher dans les escaliers et que j’allais casser mon talon de chaussures. Vous me direz : « fais comme dans la pub mentos, casse le deuxième » et ben ça marche pas !

C’est à ce moment là que j’ai réalisé que je ne pouvais pas passer une journée sans me faire remarquer (volontairement ou involontairement)

Le soir même direction Grenoble où je tombe, bien entendu, chez l’étudiant qui accueille sous ses fenêtres un concert de tam-tam-tintamarre-y’en a marre…

Puis élection de l’ du soir, ben tiens, pourquoi je ne me ferais pas remarquer…

La semaine se termine un vendredi à Nantes. Là, je suis logée chez un étudiant super sympa (Omar, si tu me lis…) Le « hic » c’est quand le matin, l’étudiant en question ne se réveille pas ! Je prend mon courage à deux mains et je toque à la porte de sa chambre. 10 minutes plus tard, on se retrouve à courir après le tram pour ne pas être en retard

Ça repart la semaine suivante ! A Nice, ESC Toulouse me téléphone pour me dire qu’on m’attend à la gare ! Je crois qu’ils n’ont pas pris note de mes changements de dates, ça promet…

Revenons à Nice, je ne me rappelais plus où je dormais. Un gentil membre du staff m’annonce que je partage une chambre d’hôtel avec une autre admissible. Seulement, ma colocataire, n’ayant pas fait le resto (et moi oui), était couchée quand je suis rentrée. Et elle avait fermé la porte de l’intérieur, histoire que je sois enfermée dehors à minuit, car elle n’était pas informée de ma venue ! Je tiens à vous rassurez, je n’ai pas dormi sur le paillasson, elle m’a ouvert la porte quand même !

Ensuite, arrivent les déboires en train. Je pense que beaucoup ont connu ça. « Suite à un incendie sur les voies, notre TGV à destination de Toulouse, arrivée normalement prévue à 23h00 (entre nous c’est déjà tard) est arrêté pour une durée indéterminée » résultat, 23h30 à la gare, passage éclair à l’école pour prendre la clé de la cité U. Mais là, les grilles closes, il a fallu faire le trajet à pieds. Je me suis retrouvée à un étage pour les mecs, sans drap pour faire mon lit et une chaleur à crever.

Les mésaventures SNCF continuent avec un faux poseur de bombes en gare de Toulouse. Plus simplement, un pauvre type a oublié sa valise sur le quai et l’équipe de déminage est venue faire explosé le bagage. Il a donc fallu patienter une bonne grosse demi-heure.

Ensuite, c’est à Bordeaux que j’ai eu droit à la remarque qui tue : « oh tiens salut, ça va ? tu passes ton bientôt ? bon ben je vais te laisser te préparer alors… ah tu es déjà en tailleur, j’avais pas vu ! » Le CHOC ! après quinze jours d’, je réalise que mon tailleur n’est peut être pas aussi classe que ce que je pensais…

La dernière semaine ! OUF !

A Nancy, je profite de ma matinée de libre pour aller visiter un musée. Et là, c’est un mec chargé de la surveillance, à moitié bourré, qui m’a fait une visite guidée personnelle. Je connais tout de sa vie, qu’il a retapé une ferme dans le coin, qu’il n’a pas toujours travaillé dans la sécurité… Sur le musée, un peu moins et je doute de la véracité de certaines infos, comme : « cette chapelle est d’architecture heu, … à votre avis ? Vous savez pas et ben moi non plus ! »

Incroyable mais vrai : je n’ai pas fait de bides à Rouen, ni à Reims ! En revanche ce sont les admisseurs Rémois qui en ont fait dans l’amphi un Bide Contest. Le meilleur amphi, le plus drôle de toutes les écoles que j’ai passée. Deux étudiants ont mis en scène des entretiens catastrophes avec des blagues pas toujours drôles (des bides donc) et un challenge. A savoir que nous leur avons donné 4 mots à caser dans leur speach dont crocodile, stomatologie et propédeutique (devenu propre et éthique pour les besoins de la scène)

Je vais m’arrêter là pour les bides. Je suis sûre d’en avoir oublié mais il y en a déjà pas mal.

J’oubliais la valise à roulettes. C’est très pratique mais quand vous roulez sur une mèche de cheveux ça coince les roulettes et après ça roule beaucoup moins bien ! Vous devez vous demander comment j’ai fait pour rouler sur une mèche de cheveux… c’est très simple, une fille a du perdre un rajout (ce qui ne doit pas arriver tous les jours) et moi j’ai roulé dessus évidemment !

mel_la_rebelle

A propos prepa-HEC.org 194 Articles
Créé en 1999, prepa-HEC.org est le site indépendant de référence sur les études supérieures de commerce en France: classes prépas, admissions parallèles, écoles de commerce

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire