Statut, contrat et durée du stage : tout ce que doit savoir le futur stagiaire, qu’il soit collégien, lycéen ou étudiant.

A chacun son stage

En classe de 3eme, comme dans la voie professionnelle ou dans l’enseignement supérieur, le stage en entreprise est devenu une institution. Selon l’âge et le niveau de formation des stagiaires, ces périodes d’immersion ont des objectifs différents, du simple stage d’observation, qui vise à découvrir le monde du travail, aux stages d’application, qui permettent de mettre en pratique les enseignements et d’enrichir ses compétences. Par ailleurs, de plus en plus de jeunes choisissent d’alterner temps de formation et temps en entreprise par le biais des formations en apprentissage. Certains dispositifs de préapprentissage intègrent aussi des périodes de stage.

Sous statut scolaire

Quel que soit le niveau de formation suivi, un stagiaire demeure un élève ou un étudiant de collège, de lycée professionnel, d’université ou d’école. Il relève donc de la responsabilité du chef d’établissement, et est tenu à la même assiduité que s’il allait en cours.

Pour les élèves de moins de 16 ans, les activités en milieu professionnel sont très réglementées. Les textes officiels sont consultables dans le BO (Bulletin officiel) n° 34 du 18 septembre 2003.

de stage obligatoire

Sans convention, pas de stage ! Tout stage doit être formalisé par la signature d’un contrat qui fixe les engagements et les responsabilités de chacun.

Signée par l’établissement (collège, lycée, université, école), l’employeur et le stagiaire, la convention précise la durée du stage, les missions du stagiaire, le rôle du tuteur entreprise, les droits et devoirs de chacun, ainsi que les horaires et l’éventuelle rémunération. Son rôle est également important en matière d’assurance. C’est l’établissement scolaire qui délivre cette convention.

Rémunération des stages

Depuis juillet 2009, si la durée du stage dépasse 2 mois consécutifs (40 jours de présence), l’étudiant reçoit une indemnisation (appelée aussi gratification). Son montant minimum équivaut au tiers du SMIC : soit 416 € au 1er janvier 2010. Elle est due à compter du 1er jour du 1er mois de stage, et versée mensuellement, mais, de fait, les stagiaires ne reçoivent pas de bulletin de paie. Les entreprises peuvent aussi participer aux frais de transport et accorder des tickets restaurants.

Et pour un stage de moins de 2 mois ? L’indemnisation du stagiaire est cette fois facultative.

Source: Onisep.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire