de Philippe Lafontaine – Directeur du Groupe Pau


L’ a connu une chute des inscriptions prépas (- 23%) dans un contexte d’augmentation du nombre de candidats au concours BCE (prépas). A quoi attribuez-vous cette chute ? Comment comptez-vous y faire face ?

Cette chute est due essentiellement à la concentration du marché vers le haut, qui, mécaniquement nous repousse vers le bas. Je pense qu’il convient ici aussi avoir une lecture moderne du marché des classes préparatoires en ne faisant pas du seul nombre de candidats un indice de qualité d’une école ; il nous semble que ce qui est important, au-delà du nombre, est la proportion de candidats qui s’inscrivent à l’Ecole en désirant fortement l’intégrer.

Et c’est bien cela qui nous intéresse tant nous sommes convaincus que la réussite d’un étudiant dépend en grande partie de sa ferme volonté d’intégrer l’Ecole la plus en adéquation avec ce qu’il est et ce qu’il veut devenir. Ceci étant il ne faut pas bien entendu baisser en-deçà d’un certain seuil.

En conséquence nous insisterons davantage que par le passé sur les spécificités qui font de l’ESC PAU une école à part.

Quelle importance accordez-vous au recrutement ?

Nous tenons à conserver un équilibre entre les deux voies de recrutement principales (prépas et passerelle) tant elles sont complémentaires. Les étudiants de prépas sont d’excellents étudiants. Ce n’est plus à démontrer.

Etes-vous engagé dans des processus d’accréditation (EQUIS, AACSB) ?

La qualité académique globale de l’ESC PAU a été reconnue par le Ministère français de l’Education Nationale par l’attribution du Visa et du Grade Master en 2005.
Début 2006, l’attribution du certificat qualité ISO 9001 – bien connu par les entreprises- par l’Association Française pour la Qualité (AFAQ) acte le fait que l’ESC PAU satisfait aux exigences de la norme internationale ISO 9001, bien connue des entreprises.

A l’ESC Pau, les accréditations ne sont pas un objectif en soi, mais la récompense d’efforts mis en œuvre pour atteindre le niveau d’excellence requis ; pour nous une accréditation est la « cerise » sur un gâteau de qualité et donc, le premier travail à réaliser est de soigner la qualité du « gâteau » dans toutes ses dimensions !

Le programme Grande Ecole du Groupe (l’ESC PAU) vient d’être accrédité EPAS par l’EFMD en décembre dernier. EPAS qui reflète dans une certaine mesure la philosophie et la méthodologie mise en œuvre par EQUIS donne lieu à un examen poussé du programme par les auditeurs à l’aune des comparaisons et des repères internationaux ; tandis qu’EQUIS évalue l’ensemble des activités d’un établissement de formation et donc ne se livre pas un examen approfondi de chaque programme.

L’ESC PAU ne s’arrêtera pas là. Parce qu’il est nécessaire de se confronter en permanence à des normes nationales et internationales et d’écouter également en permanence nos clients, les entreprises. Là est la condition du succès de notre seul objectif : permettre à chacun de nos étudiants de trouver l’emploi qu’il souhaite et garantir aux entreprises que chaque fois qu’elles feront appel à un ESC PAU elles bénéficieront d’un collaborateur de qualité.

Quel est le positionnement de l’ESC Pau dans le Paysage Français des Etudes Supérieures ?

Très globalement une école à part. Une école rebelle qui ne se satisfait pas de l’existant, qui identifie et explore en permanence les voies du futur.

Une école fondée depuis très longtemps sur des valeurs

Nous partageons l’idée selon laquelle l’entreprise doit s’organiser autour de finalités qui dépassent le seul souci du profit à court terme pour intégrer des préoccupations qui intègrent l’homme, la société et l’environnement ; moyen différent pour l’entreprise d’être encore plus performante. Il s’agit bien de transformer les différents défis environnementaux et humains en opportunités de croissance. Nous voulons transmettre et faire partager cette conviction à nos étudiants.

Pour cela chaque membre de notre communauté « Groupe ESC PAU » doit partager notre Charte des Valeurs.

Cette Charte contribue à créer une atmosphère permettant d’étudier en fonction des valeurs partagées par les entreprises les plus innovantes dans le cadre notamment de la Responsabilité Sociale des Entreprises.

Nos valeurs fortes sont fondées sur la croyance que l’Homme doit être au centre de tout :

  • L’humanisme : respect de l’Autre, solidarité, tolérance et responsabilité
  • L’enthousiasme : passion, audace, exigence, compétence
  • L’ouverture sur le monde : écoute, humilité, respect de la diversité
  • Le non conformisme : créativité, capacité à déterminer et vivre sa propre originalité.

Nous ne tolérons aucun manquement aux principes définis dans cette charte.

Une Ecole fondée sur la reconnaissance de l’unicité de chaque étudiant

Nous pensons que les jeunes ont besoin de croire qu’ils peuvent transformer le monde. Qu’ils ont besoin d’imaginer que tout est possible. Tant nous savons que le pessimisme ambiant, les discours de fatalité sont paralysants.

Tout au long de leur scolarité nous essayons de leur expliquer qu’il est préférable « d’être plus » plutôt que de chercher à « avoir plus ».

Nous essayons de leur donner les clés pour qu’ils aient toujours envie de se surpasser, d’aller toujours plus loin avec les autres, de faire de leur vie quelque chose de grand et fort.

Tant nous sommes certains que dans un monde où les rêves de la jeunesse ne se réalisent jamais, les portes de l’avenir se ferment pour toute la société. Pour les jeunes et les moins jeunes.

Les entreprises, et plus généralement notre société, ont plus que jamais besoin de jeunes capables d’inventer vraiment un avenir et non pas de simplement reproduire les schémas du passé.

C’est pour cela que nous les invitons à prendre la route vers leur originalité. Sans prédéterminisme. A prendre leur route personnelle en sachant l’identifier. Parce qu’il n’existe pas une seule route.

Une Ecole fondée sur la certitude que c’est le « LIEN » qui fera l’employabilité

Notre mission est de préparer chaque à ce monde qui change pour maximiser leur employabilité.

Dans la nouvelle économie, les entreprises ont besoin désormais de collaborateurs capables de créer du Lien avec tous les partenaires de leur activité dans un processus de co-création de valeur pour l’entreprise. Parce qu’isolés les collaborateurs ne peuvent plus être performants ; ceci est d’autant plus important dans un monde économique où les chaînes de valeur sont de plus en plus fragmentées, quand de plus en plus de production, de services, de recherche etc. s’effectuent à l’extérieur de l’entreprise.

Ce lien ayant pour objectif non pas d’entretenir des relations, mais bien de créer de l’intelligence partagée entre tous les acteurs de l’entreprise.

Aujourd’hui de très nombreux managers sont perdus en raison de la saturation de nombreux marchés parce que les « recettes » classiques de management qu’ils ont apprises ne fonctionnent plus. Ils ne comprennent plus le monde qui les entoure parce que pour la première fois depuis très longtemps le management connaît non plus des évolutions mais de réelles révolutions incessantes ; la complexité devenant croissante.

Une Ecole fondée sur la diversité, les pays émergents dont l’Inde

Nous croyons dans la richesse de la diversité. Nous aimons et favorisons toutes les diversités. Nous construisons notre pédagogie autour d’elles. Parce que la première qualité demandée aux jeunes diplômés par l’Entreprise est la créativité. Pas de créativité possible dans l’unicité et dans le formatage. Cette diversité implique également la connaissance approfondie des pays émergents. Nous avons choisi l’Inde qui deviendra la 3ème puissance économique mondiale en 2025 ; pays avec lequel on ne peut travailler que dans le cadre d’une large ouverture d’esprit que l’on aura forgée dans le cadre de l’apprentissage de la diversité. Nous avons donc installé un campus à Bangalore.

Atteindre une taille critique pour peser au niveau international est devenu un objectif pour de nombreuses écoles. Quelle est votre politique en la matière ? La taille de l’ESC Pau n’est-elle pas un handicap ?

Nous sommes petits, certes, et nous voulons le rester. Mais cela n’empêche nullement l’école d’être grande à sa manière. « Little big school », ce n’est pas uniquement un jeu de mots.

Dans le slogan Little Big School, tous les mots sont importants et tous les mots exigent des réponses.

« Little » signifie de taille modeste, humble et connaissant ses limites, mais cela ne veut pas dire sans ambition et sans avenir, ni pauvre, court, insignifiant, étroit ou borné. L’ESC Pau est petite, comme tous les David face à n’importe quel Goliath ou comme le « petit » jour annonce le soleil de midi ou la « petite amie » est le mot sans emphase pour « l’élue ». Se dire petit, c’est tout simplement accepter qu’il existe plus grand que soi.

« Big School », traduction à la fois littérale et détournée de Grande École, c’est précisément l’ambition et l’objectif de l’ESC Pau. Car, pour modestes que soient ses mensurations, notre école ne renonce pas du tout à son objectif fondamental de former des managers de premier plan.
Nous nous inscrivons dans une démarche que nous pensons moderne ; nous insistons beaucoup plus sur la relation que sur la position, sur l’inventivité, la solidarité, l’authenticité, le courage que sur le statut, la puissance ou la distinction au sens où Bourdieu en parle. Aucune logique de caste, pas d’évidence technique non plus.

Donc non notre taille n’est pas un handicap. Parce que nous mettons en oeuvre une stratégie adéquate, clairement adaptée à nos moyens, fondée notamment sur des alliances nationales et internationales fortes.

Notre rôle est de trouver un équilibre entre la nécessaire croissance et l’amélioration continue de notre qualité pédagogique qui fonde l’employabilité de nos étudiants.

Comment voyez-vous l’ESC Pau dans 5 ans ?

Nous avons la responsabilité de construire sur de bons résultats. Ils nous donnent une marge de manœuvre et une confiance que nous n’avons pas le droit de gâcher en nous satisfaisant du travail accompli. Nous devons profiter de notre dynamique actuelle pour bâtir le futur. Ce que le Groupe ESC PAU récole aujourd’hui nous l’avons semé il y a 8 ans. Pour ne pas nous trouver démunis dans 10 ans nous devons inventer des maintenant nos réservoirs de croissance. Cela veut dire que nous devons soutenir nos marques, en créer de nouvelles notamment dans le cadre de la formation continue, développer des campus à l’étranger –notamment dans les pays émergents- investir dans la recherche et construire les nouvelles frontières pour demain.

Envisagez-vous d’ouvrir d’autres campus, en France ou à l’étranger ?

Oui. Nous ouvrons un campus à Paris dans quelques semaines et nous gérons d’ores et déjà deux campus à l’étranger. L’un à Fes au Maroc et l’autre à Bangalore en Inde. D’autres projets sont en cours de discussion. Chacune de ces implantations n’a d’autres objectifs que de toujours améliorer l’employabilité de nos étudiants par la diversité à laquelle ces implantations conduisent obligeant les étudiants et les professeurs à confronter en permanence leurs points de vue, à apprendre de l’Autre.

Comment percevez-vous la concurrence croissante des universités dans le domaine des études en management (ouverture de MBAs notamment) ?

On ne doit jamais craindre la concurrence, que l’on doit vivre au contraire comme une opportunité de développement. Les alliances sont au cœur de notre projet stratégique. En conséquence nous considérons davantage les universités comme des partenaires que comme des concurrents. Nous travaillons déjà beaucoup avec des universités françaises et étrangères, par exemple Bordeaux IV, New-Delhi, Stockholm ou l’Ohio State University. Nous apprenons beaucoup à leur contact parce que nous sommes complémentaires.

Monsieur Lafontaine, je vous remercie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire